Russie : le nouveau Premier ministre de Poutine promet "de réels changements pour le meilleur"

  • A
  • A
Mikhaïl Michoustine 2000x1000 AFP
Mikhaïl Michousine lors de la première allocution devant la Douma © ALEXANDER NEMENOV / AFP
Partagez sur :
Mikhaïl Michoustine est le nouveau Premier ministre de la Fédération de Russie, après l'annonce surprise, mercredi, de la démission de Dmitri Medvedev et de son gouvernement. Il a orienté son premier discours sur l'économie et le social, sans oublier les milieux d'affaires.

Le nouveau Premier ministre de Vladimir Poutine a promis jeudi de "réels changements pour le meilleur" durant sa première allocution officielle, au lendemain de la démission du gouvernement et des annonces surprise du président russe sur des réformes constitutionnelles. Devant les députés, Mikhaïl Michoustine a expliqué dans un discours d'une dizaine de minutes que "les gens doivent ressentir dès maintenant de réels changements pour le meilleur". "Ce n'est pas encore le cas", a-t-il regretté.

Il a promis pour cela de fidèlement mettre en oeuvre le programme de Vladimir Poutine, qui dirige la Russie depuis 20 ans. Sans surprise, il a été adoubé par les élus de la Douma : 383 députés ayant voté en sa faveur, pour zéro voix contre et 41 abstentions. Formellement, sa nomination doit encore être entérinée par un décret présidentiel.

"Augmenter les salaires réels"

Le Premier ministre a désormais une semaine pour proposer une équipe gouvernementale au chef de l'Etat. Jusqu'à présent chef du fisc russe, Mikhaïl Michoustine avait passé sa matinée à rencontrer les différents groupes parlementaires, alors que les changements impulsés par Vladimir Poutine depuis ses annonces de la veille ont surpris la classe politique et des médias russes.

Ces dernières sont perçues comme visant à baliser le terrain avant 2024, date de la fin du mandat actuel de Vladimir Poutine qui, en l'état actuel de la législation, n'a pas le droit de se représenter. Le président a choisi comme remplaçant à son fidèle Premier ministre sortant, Dmitri Medvedev, un personnage de l'ombre, Mikhaïl Michoustine, inconnu du grand public.

Se disant ouvert "à une critique constructive", le futur chef du gouvernement a orienté son discours sur l'économie et le social, assurant que sa priorité était "d'augmenter les salaires réels". Il a aussi dit souhaiter "retrouver la confiance" des milieux d'affaires et "stimuler la croissance des investissements".

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP