Qui dirige vraiment l'Algérie aujourd'hui ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Abdelaziz Bouteflika étant dans l'incapacité physique d'assurer la présidence de l'Algérie, plusieurs de ses proches ont pris le pouvoir à sa place. Ils sont visés par les manifestations actuelles, explique Antoine Basbous, politologue, directeur de l'Observatoire des pays arabes et invité jeudi du "Tour de la question" sur notre antenne.
ON DÉCRYPTE

"Pas de cinquième mandat !" Depuis une semaine, une partie de la jeunesse et du peuple algérien ne cesse de demander le départ du pouvoir d'Abdelaziz Bouteflika, président du pays depuis 1999. Une nouvelle manifestation d'ampleur est prévue vendredi, et cette revendication devrait encore figurer dans les cortèges de ces mobilisations.

Un président "inopérant"

Aujourd'hui, Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, "est inopérant" pour diriger le pays, selon le politologue Antoine Basbous, invité jeudi du Tour de la question sur Europe 1. "Il est alité depuis six ans et n'a pas bougé sauf pour aller à l'hôpital", rappelle le directeur de l'Observatoire des pays arabes, qui parle même d'"une momie à la tête de l'État".

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

Le président algérien a été victime d'un accident vasculaire cérébral en 2013 et est aphasique depuis 2014. "Ce qui a choqué les Algériens, c'est de le voir sortir le 1er novembre, pour la fête nationale, sanglé sur son fauteuil roulant parce qu'il ne pouvait pas être debout, bavant devant les autorités. Il ne peut pas s'exprimer, se lever, serrer des mains, signer. Ils ont pris pitié pour ce président" qui n'a même pas pu annoncer lui-même qu'il était candidat à un cinquième mandat, le 10 février. Abdelaziz Bouteflika doit revenir samedi de Genève, où il est actuellement soigné. Avant de déposer officiellement dimanche sa candidature pour un cinquième mandat

Un "clan" accusé de corruption

"Comment gouverner en son nom quand il n'arrive pas à exprimer sa pensée ? Son entourage interprète sa pensée", indique Antoine Basbous. Autour de lui s'est donc constitué un véritable "clan" aux manettes du pays : "Le chef, c'est le frère du président, Saïd Bouteflika, au contact quotidien avec le président. Autour de Saïd, il y a le représentant du patronat algérien, quelques militaires et quelques amis", détaille le politologue.

Abdelaziz Bouteflika et ses frères Saïd (à gauche) et Nasser (à droite). Crédits AFP

Ce clan est aussi dans le viseur des manifestants, qui voient en lui le symbole d'un système à faire tomber. "Ils se nourrissent de l'État, avec une grande corruption autour" d'eux, appuie Antoine Basbous, qui cite deux affaires en particulier : "L'ancien ministre du Pétrole est accusé d'avoir perçu 198 millions d'euros pour des contrats. Un ancien ministre, aujourd'hui sénateur, est accusé par la justice algérienne d'avoir détourné plus de deux milliards de dollars pour l'autoroute Est-Ouest. C'est colossal."

Un état-major de l'armée qui le soutient, mais…

Comment dès lors expliquer que ce clan reste au pouvoir, malgré le fait que la corruption soit "archi-connue des médias et des tribunaux" du pays ? En Algérie, le rôle de l'armée est "capital" dans ce statu quo : "S'il y a une défaillance au sein de l'armée par rapport à cette volonté d'un cinquième mandat, alors il ne pourra pas avoir lieu et on se dirigera vers un report des élections", prédit Antoine Basbous. Pour l'instant, le chef d'État-major de l'armée soutient le président actuel.

Cependant, "il y a beaucoup d’ambiguïtés" dans ses récents discours, note le spécialiste. "Il disait : 'L'armée assumera ses responsabilités constitutionnelles.' Comme s'il se plaçait au-dessus de la scène politique et qu'il pouvait dire 'stop ou encore'" à un nouveau mandat refusé par une partie croissante des Algériens. Une inconnue de plus, dans un paysage politique en plein bouleversement.

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec