Ouragan Dorian : le bilan monte à 43 morts aux Bahamas

, modifié à
  • A
  • A
L'ouragan Dorian a frappé les Bahamas dimanche dernier.
L'ouragan Dorian a frappé les Bahamas dimanche dernier. © Adam DelGiudice / AFP
Partagez sur :
Les autorités estiment que ce bilan provisoire devrait continuer de grimper "significativement". L'ouragan Dorian a frappé l'archipel en catégorie 5.

Eprouvés, fuyant la désolation et la mort, les rescapés de l'ouragan Dorian aux Bahamas ont commencé à être évacués vendredi, alors que les secours s'activaient dans l'archipel dévasté où le bilan humain a grimpé à 43 morts.

Dorian, qui a frappé les Bahamas en catégorie 5, la plus haute, a fait 43 morts, selon un nouveau décompte annoncé par Erica Wells Cox, la porte-parole du Premier ministre bahaméen Hubert Minnis, sur la chaîne américaine NBC News. Le précédent bilan faisait état de 30 morts. "L'on s'attend à ce que ce nombre augmente de façon significative", a-t-elle cependant prévenu dans la foulée.

Après une traversée de plus de sept heures, plus de 260 habitants de l'île d'Abaco, évacués par un ferry affrété par le gouvernement, sont arrivés au port de Nassau à la nuit tombée vendredi. Un second ferry devait arriver dans la nuit. 

Des survivants épuisés

Melanie Lowe, venue avec ses quatre enfants et son chiot, raconte que sa maison a été à moitié détruite. "Je suis juste heureuse que nous puissions avoir une bonne nuit de sommeil, une douche et un repas sain", dit-elle. Avant d'être évacués, "nous étions 16 dans un trois-pièces, à faire de notre mieux, à utiliser l'eau de pluie pour nous laver, à manger quelques plats congelés". Melanie a trouvé un logement pour la nuit à Nassau et n'ira donc pas au centre d'hébergement mis en place par le gouvernement.

Dans ce gymnase se trouvaient vendredi près de 200 évacués. Diane Forbes attendait là de voir ses deux fils, Patrick (24 ans) et DeAngelo (28), dont elle n'a plus de nouvelles depuis mardi. "Ils ont dit qu'ils avaient faim, et que l'odeur des corps, des morts, commençait vraiment à les affecter... J'attends, je veux juste savoir si mes fils sont à bord (du ferry) et s'ils vont bien. Je ne bougerai pas jusqu'à ce qu'ils ferment les portes ce soir et je reviendrai demain", dit-elle.