Libye : Washington veut "l'arrêt immédiat" de l'offensive de Haftar

  • A
  • A
Dimanche, le secrétaire d'Etat américain a critiqué explicitement l'offensive des forces du maréchal Haftar.
Dimanche, le secrétaire d'Etat américain a critiqué explicitement l'offensive des forces du maréchal Haftar. © ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Dimanche, Washington a appelé à l'arrêt de l'offensive militaire menée depuis vendredi par le maréchal Khalifa Haftar sur la capitale libyenne. 

Les Etats-Unis sont "profondément préoccupés" par les combats près de Tripoli et appellent à l'"arrêt immédiat" de l'offensive lancée vers la capitale de Libye par le maréchal Khalifa Haftar, a déclaré dimanche le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

"Pas de solution militaire". "Nous avons fait clairement savoir que nous sommes opposés à l'offensive militaire des forces de Khalifa Haftar et nous appelons à l'arrêt immédiat de ces opérations militaires contre la capitale libyenne", a dit Mike Pompeo dans un communiqué.

Des combats ont fait rage dimanche au sud de Tripoli, trois jours après le déclenchement par le maréchal Haftar, basé dans l'est de la Libye, d'une offensive terrestre vers l'ouest pour prendre le contrôle de la capitale. Tripoli est tenue par les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) internationalement reconnu de Fayez al-Sarraj et par diverses milices libyennes. Il n'y a "pas de solution militaire au conflit en Libye", a affirmé dans son communiqué Mike Pompeo, appelant toutes les parties "à opérer de manière urgente une désescalade" de la situation.

"Des civils mis en danger". Le secrétaire d'Etat américain a critiqué explicitement l'offensive des forces du maréchal Haftar. "Cette campagne militaire unilatérale contre Tripoli met en danger des civils et sape les perspectives d'un avenir meilleur pour tous les Libyens", a-t-il déclaré. "Les Etats-Unis, avec leurs partenaires internationaux, continuent à presser les dirigeants libyens de revenir aux négociations politiques sous la médiation du représentant spécial du secrétaire général (de l'ONU), Ghassan Salame", a-t-il ajouté. "Une solution politique est la seule manière d'unifier le pays et de fournir un plan pour la sécurité, la stabilité et la prospérité pour tous les Libyens", a encore déclaré le chef de la diplomatie américaine.