L'Etat islamique en passe de perdre Raqqa

, modifié à
  • A
  • A
© DELIL SOULEIMAN / AFP
Partagez sur :

Les djihadistes syriens ont évacué Raqqa avec leur famille à bord de plusieurs autocars. Le fief syrien de Daech est sur le point de tomber, après plusieurs mois de combats.

Le bastion est sur le point de tomber. "Tous les combattants syriens de Daech sont sortis de Raqqa" a annoncé, samedi 14 octobre, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. De leur côté, les milices kurdes YPG ont annoncé que la libération du fief de l'Etat islamique en Syrie n'est qu'une question de jour. 

Les djihadistes étrangers ne sont pas autorisés à quitter Raqqa. Depuis l'offensive lancée en juin par les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les miliciens YPG constituent la colonne vertébrale, près de 85% de Raqqa ont été repris aux combattants de Daech. Signe de la défaite imminente de ces derniers, la coalition sous commandement américain a annoncé que 100 djihadistes se sont déjà rendus au cours des dernières 24 heures et qu'ils "avaient été évacués de la ville". Aucune précision n'a été fournie sur ces évacuations, ni sur la destination assignée aux combattants, mais les djihadistes étrangers ne sont "pas autorisés" à quitter la ville. 

"Malgré tout, nous nous attendons à des combats difficiles dans les prochains jours et nous ne pouvons pas fournir une date pour savoir quand l'Etat islamique sera complètement vaincu à Raqqa", a déclaré Ryan Dillon, porte-parole de la coalition. Les Unités de protection du peuple (YPG) se sont montrées elles plus optimistes quant à l'imminence de la défaite de l'Etat islamique dans son dernier bastion en Syrie. "Les combats se poursuivent dans la ville de Raqqa. Daech est sur le point d'être vaincu. La ville devrait être libérée aujourd'hui ou demain", a déclaré Nouri Mahmoud, porte-parole des YPG. Plusieurs dizaines d'autocars sont arrivés dans la nuit de vendredi à samedi à Raqqa, et les combattants ont fui dans la matinée avec leur famille. 

Un nouveau revers majeur après la perte de Mossoul. Omar Allouch, membre du conseil civil mis en place pour administrer Raqqa, a déclaré vendredi soir que des opérations étaient en cours pour parvenir à la libération des civils et "pour expulser les éléments terroristes de la province de Raqqa", sans fournir d'explications. Les FDS, une alliance de milices kurdes et arabes, ont récemment entamé la dernière phase de l'offensive qu'elles mènent contre les djihadistes retranchés dans la ville. Les FDS espéraient que l'offensive finale menée contre Raqqa en juin ne durerait que quelques semaines mais les djihadistes ont opposé une résistance acharnée pour retarder la chute de leur capitale de fait conquise en 2014. En août, des combattants de Daech avaient accepté d'être évacués d'une enclave située sur la frontière entre la Syrie et le Liban. Il s'agissait d'une première pour l'Etat islamique depuis son offensive de 2014 qui lui avait permis de conquérir de nombreux territoires en Syrie et en Irak. La chute de Raqqa constituerait un nouveau revers majeur pour les djihadistes après la perte de Mossoul, l'autre capitale du califat autoproclamé de Daech, dans le nord de l'Irak.

Cap à l'Est. La campagne contre l'Etat islamique va maintenant s'orienter vers la province de Daïr az Zour, dans l'est de la Syrie, une zone rurale qui jouxte l'Irak. Dans cette partie de la Syrie, les djihadistes doivent faire face à plusieurs offensives, l'une menée par les FDS et l'autre par les forces gouvernementales appuyées par des milices iraniennes et par l'aviation russe.