Les Irlandais votent massivement pour libéraliser le divorce

  • A
  • A
Les Irlandais ont très largement voté en faveur de l'assouplissement des conditions de la demande de divorce.
Les Irlandais ont très largement voté en faveur de l'assouplissement des conditions de la demande de divorce. © PAUL FAITH / AFP
Partagez sur :
Les Irlandais ont voté samedi à 82% en faveur de l'abrogation d'une disposition constitutionnelle qui oblige les couples à vivre séparés pendant quatre des cinq années précédant leur demande de divorce.

Les Irlandais ont approuvé à une écrasante majorité, lors d'un référendum dont les résultats ont été annoncés dimanche, la levée des restrictions au divorce, nouvel épisode de la vague de changement dans un pays à la tradition catholique longtemps enracinée.

Un total de 82% des votants s'est prononcé en faveur de l'abrogation d'une disposition constitutionnelle qui oblige les couples à vivre séparés pendant quatre des cinq années précédant leur demande de divorce.

Une période de séparation plus courte

Le référendum a eu lieu vendredi, en même temps que les élections européennes en Irlande, avec un taux de participation de 51%. Le gouvernement irlandais a annoncé son intention de présenter un nouveau projet de loi réduisant la durée de la séparation obligatoire à deux années sur les trois précédant le divorce. Les divorces prononcés à l'étranger seront par ailleurs reconnus comme valides en Irlande.

La période de séparation obligatoire de quatre ans était une condition héritée d'un précédent référendum, en 1995, au cours duquel les Irlandais avaient voté la légalisation du divorce à une très courte majorité de 50,3%.

Un résultat accueilli dans l'indifférence

Le résultat de ce nouveau référendum a été proclamé un an jour pour jour après la consultation populaire au cours de laquelle les Irlandais s'étaient prononcés à 66% pour la levée de l'interdiction constitutionnelle de l'avortement. Si les résultats du référendum sur l'avortement avaient été fêtés dans la liesse à Dublin, ceux du vote sur le divorce ont été accueillis dans l'indifférence. En octobre, les électeurs irlandais s'étaient par ailleurs prononcés pour l'abrogation d'une disposition constitutionnelle, rarement appliquée et souvent tournée en dérision, qui interdisait le blasphème.