L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo acquitté de crimes contre l'humanité

, modifié à
  • A
  • A
Laurent Gbagbo a été président de la Côte d'Ivoire de 2000 à 2011. © Peter Dejong / POOL / AFP
Partagez sur :

La CPI a également ordonné la remise en liberté immédiate de l’ancien président de la Côte d'Ivoire.

Laurent Gbagbo a été acquitté mardi de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI), qui a ordonné la mise en liberté immédiate de l'ancien président de la Côte d'Ivoire. "La Chambre fait droit aux demandes d'acquittement présentées par Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, fidèles à Laurent Gbagbo) concernant l'ensemble des charges" retenues contre eux et "ordonne la mise en liberté immédiate des deux accusés", a déclaré le juge président Cuno Tarfusser.

La crise post-électorale de 2010-2011. Les deux hommes se sont pris dans les bras en entendant les mots du juge, sous les applaudissements de leurs sympathisants présents dans la tribune publique de la salle d'audience.  Premier ancien chef d'État à avoir été remis à la Cour, Laurent Gbagbo, 73 ans, était jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

La mise en liberté des deux accusés est suspendue jusqu'à mercredi afin de laisser le temps à l'accusation de répondre à la décision historique rendue par la CPI.  Ils étaient tous deux accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

Les difficultés de la CPI. La décision des juges est un nouveau camouflet pour la CPI. Les tentatives précédentes de la Cour afin de juger des personnalités politiques de haut rang - la plupart en Afrique - ont toutes rencontré des obstacles. L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba avait été acquitté à la surprise générale en appel en juin 2018. Il avait d'abord été condamné à 18 ans de prison pour des crimes commis par sa milice en Centrafrique entre 2002 et 2003.