L'accord de Brexit n'a "pas le soutien suffisant" au Parlement, estime Theresa May

, modifié à
  • A
  • A
La semaine s'annonce décisive pour le Brexit, mais aussi pour l'avenir de Theresa May.
La semaine s'annonce décisive pour le Brexit, mais aussi pour l'avenir de Theresa May. © JESSICA TAYLOR / AFP / UK PARLIAMENT
Partagez sur :
"En l'état actuel, il n'y a pas de soutien suffisant au Parlement pour soumettre à nouveau l'accord à un troisième vote", a reconnu lundi la Première ministre britannique, Theresa May.

L'accord de Brexit négocié avec Bruxelles n'a "pas le soutien suffisant" au Parlement britannique pour être soumis une troisième fois au vote des députés, a déclaré lundi la Première ministre Theresa May. "En l'état actuel, il n'y a pas de soutien suffisant au Parlement pour soumettre à nouveau l'accord à un troisième vote", a déclaré Theresa May. L'adoption de cet accord est la condition mise par l'UE à un Brexit ordonné dont la date a été repoussée au 22 mai.

Objectif : un vote dans la semaine

La dirigeante conservatrice a toutefois ajouté qu'elle espérait pouvoir faire adopter cette semaine cet accord, déjà rejeté massivement à deux reprises par les députés. "Je continue à discuter avec des collègues de la Chambre pour trouver un soutien de façon à ce que nous puissions organiser un vote cette semaine", a-t-elle dit devant les députés.

La Première ministre a notamment rencontré lundi le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, après s'être entretenue dimanche avec des députés de son propre camp conservateur partisans d'un Brexit sans concession et hostiles à l'accord de retrait. Mais Jeremy Corbyn a réaffirmé que son parti ne soutiendrait pas le texte présenté par la Première ministre.

Deux options encore sur la table

Cet accord, conclu après 17 mois de laborieuses négociations, met fin à 46 ans de vie commune avec l'UE, en application du résultat du référendum de juin 2016 ayant décidé le Brexit. Il prévoit aussi une période de transition de deux ans, en vue d'un Brexit ordonné.

Les dirigeants de l'UE ont donné deux options à Theresa May lors de leur sommet des 21 et 22 mars. Soit l'accord de retrait est voté cette semaine par les députés britanniques et le Royaume-uni effectue une sortie ordonnée de l'UE, avec un court report fixé au 22 mai. Soit l'accord est rejeté et Londres aura jusqu'au 12 avril pour présenter une alternative et demander un nouveau report qui l'obligera à organiser des élections européennes fin mai.