La Russie lance des frappes aériennes en Syrie après une attaque au "chlore"

, modifié à
  • A
  • A
La Russie reste le principal soutien du régime de Damas.
La Russie reste le principal soutien du régime de Damas. © Vesa Moilanen / Lehtikuva / AFP
Partagez sur :
La Russie accuse les rebelles syriens d’avoir utilisé des armes contenant du chlore lors d'une attaque à Alep.

La Russie a mené des frappes aériennes en Syrie contre les positions de rebelles syriens qu'elle accuse d'avoir utilisé des armes contenant du chlore lors d'une attaque samedi à Alep, tenue par le régime de Damas, a annoncé dimanche le ministère russe de la Défense.

"Les cibles rebelles ont été détruites". "Des frappes aériennes ont été menées par des avions de l'armée russe", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense Igor Konachenkov cité par l'agence russe TASS, précisant que "suite aux frappes, toutes les cibles rebelles ont été détruites".

Plusieurs hospitalisations. Ces frappes ont eu lieu suite à ce que le ministère de la Défense russe affirme être une attaque des ces "combattants" - terme utilisé par la Russie pour désigner les rebelles syriens - avec des armes contenant du chlore. Samedi soir des "groupes terroristes", se trouvant dans la zone tampon d'Idleb contrôlée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Sham, ont tiré à l'aide de lance-grenades des "explosifs contenant apparemment du chlore", a déclaré Igor Konachenkov, citant une source militaire russe sur place. Des médias d'Etat syriens et une ONG ont rapporté qu'une centaine de Syriens avaient été hospitalisés pour des difficultés respiratoires à Alep après avoir inhalé des "gaz toxiques".

"Selon des informations préliminaires, confirmées par les symptômes d'empoisonnement présentés par les victimes, les obus tirés sur les quartiers résidentiels d'Alep contenaient du chlore", a déclaré Igor Konachenkov. Des chimistes militaires russes sont arrivés dans cette région pour porter assistance aux victimes et évaluer la situation, a-t-il ajouté. Selon lui, 46 personnes, dont huit enfants, ont souffert d'exposition aux produits chimiques et ont été hospitalisées.

Les armes chimiques, un point d'achoppement. Durant le conflit syrien, qui dure depuis sept ans, les pays occidentaux ont accusé à de nombreuses occasions Damas d'avoir fait usage d'armes chimiques contre la population civile, des accusation toujours réfutées par le régime de Damas et son principal soutien, la Russie.