INFO EUROPE 1 - Climat : ce à quoi la France et la Chine s'engagent

, modifié à
  • A
  • A
Les présidents chinois et français, Xi Jinping et Emmanuel Macron, ont par ailleurs signé un contrat d'une commande de 300 Airbus pour la Chine.
Les présidents chinois et français, Xi Jinping et Emmanuel Macron, ont par ailleurs signé un contrat d'une commande de 300 Airbus pour la Chine. © Yoan VALAT / POOL / AFP
Partagez sur :
Lutte contre le braconnage, réorientation des flux financiers… Mardi matin, Paris et Pékin vont signer un texte en dix points sur leur stratégie en faveur du climat.
INFO EUROPE 1

C'est l'un des sujets de coopération entre la France et la Chine. Tout en étant le plus gros pollueur de la planète, la Chine investit massivement pour lutter contre le réchauffement climatique et Paris veut d'ailleurs en faire un partenaire sur cette question. La visite de Xi Jinping en France est l'occasion pour les deux pays de signer, mardi matin, un texte à propos de ce thème, dont Europe 1 vous dévoile le contenu.

Au total, dix points figurent dans ce texte, que Paris et Pekin promettent de suivre et de promouvoir auprès de leurs partenaires. Il sera notamment fait mention de grands principes, comme la protection d’une aire marine en Antarctique, la lutte contre le braconnage ou la réorientation des flux financiers pour protéger la biodiversité.

"Front uni" contre Donald Trump

Mais plus concrètement, France et Chine s’engagent, par exemple, à limiter l’usage des gaz présents dans les climatiseurs ou les réfrigérateurs. L’élimination de ces gaz pourrait permettre de réduire de 0,5 degré la hausse des températures en 2100.

 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Pour Paris, le signal est clair : "Avec les Chinois, nous affichons un front uni contre Donald Trump qui recule sur le climat", explique un conseiller, alors que la Chine est devenue, en quelques années, un leader mondial des énergies renouvelables : 25% des éoliennes dans le monde sont en effet installées en Chine. Un engagement pour le climat qui n’est pas particulièrement écologiste, comme le souffle un spécialiste : "Les effets du réchauffement climatique sont surtout une menace pour la stabilité politique du régime chinois."

Les dix points du texte signé mardi matin

  1. Mention de la communication d’ici 2020 des stratégies bas-carbone de long terme (révision à la hausse des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 comme prévu dans l’accord de Paris)
  2. Mention de l’amendement de Kigali (sur le protocole HFC – gaz réfrigérants présents dans les climatisations, par exemple)
  3. Amélioration des standards d'efficacité énergétique dans le secteur du refroidissement (point concret important, l’effet global de ce seul secteur sur le réchauffement est estimé entre 0,5 et 1 degré d’ici 2100)
  4. Mention inédite de la réorientation des flux financiers vers la lutte contre lrance chine eue changement climatique et la protection de la biodiversité
  5. Mention inédite de l’alignement des pratiques des institutions de développement avec les objectifs de l’Accord de Paris
  6. Mention de l’agenda de l’action "de Charm El Cheikh à Pékin pour la nature et les peuples" dans le paragraphe dédié à la biodiversité
  7. Mention de la lutte contre contre le braconnage et le trafic d’espèces de la faune
  8. Mention d’une aire marine protégée en Antarctique
  9. Mention de l’importance de lutter contre la pollution marine et de renforcer la Convention de Bâle
  10. Sur le Pacte mondial pour l’environnement, une formulation ambitieuse (efforts conjoints pour améliorer le droit international de l’environnement)