"Incompréhensible" et "unilatérale" : la Chine fustige la limitation des vols par la France

  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
"Incompréhensible": Pékin a fustigé mardi la décision de Paris de limiter à un seul par semaine les vols chinois à destination de la France, au nom de la réciprocité vis-à-vis d'Air France.

L'ambassade de Chine en France a dit mardi regretter "profondément" la décision de Paris de limiter les vols des compagnies aériennes chinoises au nom de la réciprocité vis-à-vis d'Air France, la jugeant "unilatérale" et "incompréhensible". La Chine, premier pays où le nouveau coronavirus a été repéré fin 2019, a drastiquement réduit fin mars ses liaisons avec le reste du monde, par crainte de nouvelles contaminations.

Le pays asiatique autorise cependant depuis le 8 juin plusieurs compagnies étrangères, dont Air France, à assurer une liaison par semaine depuis et vers son territoire. En revanche, les trois principales compagnies chinoises (Air China, China Eastern, China Southern) pouvaient jusqu'ici effectuer chacune un vol hebdomadaire Chine-France -- soit trois au total. Les autorités françaises cherchent à garantir pour Air France les mêmes droits, avec trois liaisons hebdomadaires avec la Chine. La France a donc décidé de limiter à un seul vol hebdomadaire la desserte de son territoire par des compagnies aériennes chinoises, au nom de la "réciprocité" vis-à-vis d'Air France, avait appris lundi l'AFP de sources concordantes.

"Nous regrettons profondément" l'initiative de la France"

"La décision unilatérale de la partie française de réduire les vols est dommageable pour les compagnies aériennes chinoises et les populations des deux pays", a indiqué l'ambassade de Chine. "Nous regrettons profondément" l'initiative de la France, a-t-elle souligné dans un communiqué publié sur son site internet.  Concrètement, la décision française revient à supprimer deux liaisons par semaine pour les compagnies chinoises. L'unique vol hebdomadaire chinois restant se fera désormais en alternance entre Air China, China Eastern et China Southern.

Début juin, Pékin a annoncé une reprise très limitée des vols internationaux, après une menace de Washington de suspendre des vols de compagnies chinoises aux Etats-Unis.
Mais les compagnies étrangères doivent au préalable obtenir le feu vert de la ville d'arrivée, ce qui complique les procédures. "Alors que les autorités de Shanghai ont déjà autorisé le deuxième vol hebdomadaire d'Air France Paris-Shanghai et qu'il ne reste que les formalités qui sont en cours de finalisation au niveau du gouvernement central chinois, il est incompréhensible que la partie française décide d'imposer la réduction des vols des compagnies aériennes chinoises", a souligné l'ambassade de Chine.