EXCLUSIF - Emmanuel Macron répond à Greta Thunberg : "Je n’ai pas le sentiment que la France bloque"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le président français a dénoncé - en exclusivité sur Europe 1 - les "positions très radicales" de l’adolescente suédoise qui a prononcé un discours très fort, lundi à l’ONU, et porté plainte notamment contre la France.
EXCLUSIF

"Comment osez-vous ?" Les yeux emplis d'une colère contenue, Greta Thunberg a posé la question aux grands de ce monde. Depuis la tribune de l'ONU à New York, lundi soir, l'adolescente suédoise a demandé, au nom des milliers de jeunes qui la suivent, des comptes aux dirigeants mondiaux, qu'elle accuse de "trahison" sur les questions du dérèglement climatique. Et la France est directement ciblée par Greta Thunberg. Aux côtés de 15 autres jeunes, elle a déposé une plainte inédite devant le Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU, contre cinq pays, l’Argentine, le Brésil, la Turquie mais aussi l’Allemagne et donc la France.

"Des positions très radicales de nature à antagoniser nos sociétés"

Une information qui n’a bien sûr pas échappé à Emmanuel Macron, qui a répondu, en exclusivité sur Europe 1, à l’adolescente. "Toutes les mobilisations de notre jeunesse ou des moins jeunes sont utiles. Mais il faut qu’elles se concentrent maintenant sur ceux qui sont le plus loin, ceux qui essaient de bloquer. Je n’ai pas le sentiment que le gouvernement français ou le gouvernement allemand, aujourd’hui, sont en train de bloquer", a affirmé le président français, lui aussi en déplacement à New York. "Quand je vois qu’on va fermer l’ensemble de nos activités charbon, qu’on stoppe l’exploitation d’hydrocarbures, qu’on est en train de bouger, je ne suis pas sûr que ce soit la voie la plus efficace."

Le chef de l’Etat a aussi appelé les jeunes à agir concrètement sur le terrain. "Je pense surtout maintenant qu’on a besoin qu’on ait une jeunesse qui nous aide à faire pression sur ceux qui bloquent, en se mobilisant, et qui aussi participent à des actions très concrètes. Il y a des tas d’actions citoyennes qui sont utiles", a-t-il déclaré, lâchant un dernier message en direction de Greta Thunberg : "Là, des positions très radicales, c’est de nature à antagoniser nos sociétés."

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par R.D.