États-Unis : un juge américain suspendu six mois pour avoir critiqué Donald Trump

  • A
  • A
Le juge a taxé Donald Trump "d'incapacité à gouverner et d'incompétence politique".
Le juge a taxé Donald Trump "d'incapacité à gouverner et d'incompétence politique". © Brendan Smialowski / AFP
Partagez sur :
Le juge Michael Kwan avait notamment évoqué sur ses réseaux sociaux une "prise de pouvoir fasciste" de la part de l'actuel président des États-Unis.

Un juge américain a été sanctionné par une suspension sans solde d'une durée de six mois pour avoir critiqué Donald Trump dans son tribunal et sur les réseaux sociaux, selon une décision de la Cour suprême de l'Utah.

Selon ce document, le juge Michael Kwan, en poste depuis plus de 20 ans, avait commencé à publier, via ses comptes Facebook et LinkedIn, des commentaires désobligeants sur Donald Trump en 2016 alors que ce dernier n'était encore que candidat à l'élection présidentielle. Il avait persisté après la victoire de l'ancien magnat de l'immobilier, parlant par exemple "d'incapacité à gouverner et d'incompétence politique" le jour même de l'investiture de Trump à la Maison-Blanche, le 20 janvier 2017.

Un comportement en inadéquation avec le code de conduite

Quelques semaines plus tard, le juge Kwan avait évoqué une "prise de pouvoir fasciste", appelant à la vigilance vis-à-vis des élus républicains, le parti de Donald Trump, au Congrès, de crainte qu'ils ne transforment le parlement américain en "Reichstag". La décision de la Cour suprême de l'Utah, en date du 22 mai, fait aussi référence à des remarques moqueuses que le juge a faites contre le président Trump ou sa politique lorsqu'il présidait le tribunal du comté de Taylorsville.

"Le juge Kwan assure qu'il cherchait à être drôle, pas impoli. Il est une règle immuable et universelle selon laquelle les juges ne sont jamais aussi drôles qu'ils le croient", ironise elle-même la Cour suprême dans une note de bas de page.

La Cour a estimé que le juge avait quoi qu'il en soit contrevenu à plusieurs dispositions du code de conduite des magistrats de l'Utah et entaché la réputation du système judiciaire. Ce code de conduite interdit explicitement à un juge "de soutenir ou de dénoncer publiquement un candidat à un quelconque mandat électif". 

"Nous n'avons jamais affirmé que le juge ne devait pas être sanctionné, mais nous trouvons qu'une suspension de six mois est trop sévère", a déclaré l'avocat du juge Kwan, Greg Skordas, au quotidien local The Salt Lake Tribune.