États-Unis : démission du ministre de la Santé Tom Price critiqué pour ses vols en avions privés

  • A
  • A
Tom Price avait été nommé ministre de la Santé pour mener à bien la réforme de l'Obamacare, en vain.
Tom Price avait été nommé ministre de la Santé pour mener à bien la réforme de l'Obamacare, en vain. © Brendan Smialowski / AFP
Partagez sur :
Dans la tourmente pour une affaire de déplacements gouvernementaux en jets privés, le ministre américain de la Santé a été contraint à la démission vendredi.

 

Tom Price, ministre américain de la Santé empêtré dans un scandale lié à l'utilisation d'avions privés pour ses déplacements gouvernementaux, a démissionné vendredi, a annoncé la Maison-Blanche. Tom Price "a présenté sa démission et le président (Donald Trump) l'a acceptée", a indiqué l'exécutif américain dans un communiqué. "Je ne suis pas content, je peux vous le dire", avait déclaré Donald Trump plus tôt lors d'un échange avec les journalistes depuis les jardins de la Maison-Blanche, affirmant avoir été "déçu" par son ministre.

L'ex-ministre doit rembourser les vols. Politico, qui a révélé l'affaire, avait décompté pas moins de 26 déplacements de Tom Price en avions privés depuis le début de l'année, pour un total dépassant 400.000 dollars (environ 340.000 euros). En cause, notamment, un aller-retour entre Washington et Philadelphie dans un avion affrété pour 25.000 dollars (21.000 euros), alors qu'il existe de nombreux vols entre les deux villes de la côte Est. Face à la polémique, le ministre a annoncé jeudi soir qu'il rembourserait les frais correspondant à son siège et s'est engagé à ne plus voyager que sur des lignes régulières. En vain.

Échec de la réforme de l'Obamacare. Cet orthopédiste de 62 ans, qui fut élu de la Géorgie à la Chambre des représentants, paye aussi probablement le mécontentement de Donald Trump sur l'échec de la réforme d'Obamacare, loi emblématique de son prédécesseur démocrate. En annonçant la nomination de Tom Price dans son gouvernement, le président américain avait affirmé qu'il était "exceptionnellement qualifié pour mener à bien notre engagement d'abroger et de remplacer l'Obamacare". Toutes les tentatives en ce sens ont depuis échoué au Congrès.