Donald Trump fustige une "arnaque politique" avant la publication du rapport Mueller

  • A
  • A
Donald Trump a fustigé jeudi "la plus grande arnaque politique de tous les temps" quelques heures avant la publication du rapport Mueller.
Donald Trump a fustigé jeudi "la plus grande arnaque politique de tous les temps" quelques heures avant la publication du rapport Mueller. © AFP
Partagez sur :
Quelques heures avant la publication très attendue du rapport d'enquête du procureur Mueller sur l'ingérence de Moscou dans la présidentielle de 2016, Donald Trump a fustigé jeudi "la plus grande arnaque politique de tous les temps".

Le président américain Donald Trump a fustigé jeudi "la plus grande arnaque politique de tous les temps", quelques heures avant la publication très attendue du rapport d'enquête du procureur Mueller sur l'ingérence de Moscou dans la présidentielle de 2016. "La plus grande arnaque politique de tous les temps! Ce sont des policiers véreux et corrompus et les démocrates et leur parti qui ont commis les délits", a tweeté Donald Trump. "Harcèlement présidentiel!" a-t-il ajouté.

L'opposition démocrate se tient à l'affût

L'opposition démocrate a de son côté critiqué le ministre de la Justice, Bill Barr, l'accusant de gérer avec "une partialité regrettable" la communication autour du rapport que lui a remis le 22 mars le procureur spécial Robert Mueller, un ancien chef respecté du FBI. Le ministre a prévu une conférence de presse à 09H30 (13H30 GMT) et de transmettre au Congrès avant midi les 400 pages de conclusions rédigées par M. Mueller, expurgées de leurs informations confidentielles.

Ce document pourrait clore définitivement une saga politico-judiciaire qui a empoisonné les deux premières années du mandat de Donald Trump, et lui permettre de se tourner résolument vers sa campagne de réélection. Mais l'opposition démocrate se tient à l'affût. Si le rapport contient des éléments à charge pour le président, elle usera de tous les moyens en son pouvoir, à commencer par son contrôle de la chambre basse du Congrès, pour relancer les poursuites.