Cyclone Idai au Mozambique : Beira, la deuxième ville du pays, "endommagée ou détruite à 90%"

, modifié à
  • A
  • A
73 personnes ont été tuées au Mozambique, dont 55 dans la seule ville portuaire de Beira après le passage du cyclone Idai.
73 personnes ont été tuées au Mozambique, dont 55 dans la seule ville portuaire de Beira après le passage du cyclone Idai. © AFP
Partagez sur :
90% de Beira, la deuxième ville du Mozambique, et ses environs ont été endommagés ou détruits, a indiqué lundi la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Beira, la deuxième ville du Mozambique, et ses environs ont été "endommagés ou détruits à 90% par le cyclone Idai", a annoncé lundi la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), alors que le bilan des intempéries s'est alourdi à 162 morts au Mozambique et au Zimbabwe. Idai s'est abattu sur le centre du Mozambique jeudi soir, avant de poursuivre sa course au Zimbabwe voisin, emportant routes, école, maisons et même barrage.

138 morts. Selon un dernier bilan, 73 personnes ont été tuées au Mozambique, dont 55 dans la seule ville portuaire de Beira, et 89 au Zimbabwe. "L'étendue des dégâts causés par le cyclone Idai qui a frappé la ville mozambicaine de Beira est énorme et terrifiant", a estimé la FICR dans un communiqué lundi. "90% de Beira et de ses alentours ont été endommagés ou détruits".

Moyens de communication et routes coupées. "La situation est terrible. (...) Il semble que 90% de la région soit complètement détruite", a prévenu Jamie LeSueur du FICR, cité dans le communiqué. "Les moyens de communication ont été totalement coupés et les routes sont détruites. Des communautés sont inaccessibles", a-t-il ajouté depuis Beira, ville de quelque 530.000 habitants.

Un barrage a lâché. "On nous dit que la situation pourrait encore être pire à l'extérieur de la ville. Hier (dimanche), un gros barrage a lâché et coupé la dernière route encore accessible pour se rendre en ville", a-t-il précisé. Le bilan pourrait s'alourdir une fois connue l'étendue des dégâts, sans compter que de fortes pluies sont encore attendues dans la région, a prévenu le FICR.