Crash d'un hélicoptère sur le toit d'un immeuble de Manhattan : "L'impact s'est ressenti immédiatement"

  • A
  • A
Partagez sur :
Jean-Yves Fillion, directeur Général de la BNP Paribas aux Etats-Unis, était au 33ème étage du building sur lequel un hélicoptère a raté son atterrissage lundi soir à New-York, en plein cœur de Manhattan. Il raconte l'évacuation au micro d'Europe 1. 
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Scène incroyable lundi soir à New-York. En plein brouillard, un hélicoptère a raté son atterrissage sur le toit d'un gratte-ciel de 54 étages, tout proche de Times Square. La tour a tremblé, l'appareil a explosé. Seul le pilote est mort dans l'accident. Les autorités estiment que cela aurait pu être bien pire. Plus de 2.000 personnes travaillaient dans la tour, et ont connu une grosse frayeur et une évacuation immédiate. C’est notamment le cas des salariés de BNP Paribas, dirigés par Jean-Yves Fillion, qui a réagi mardi matin au micro d’Europe 1.

"J'étais dans le building, dans l'un des étages les plus élevés", raconte Jean-Yves Fillion. "Donc l'impact s'est ressenti immédiatement et on m'a signifié qu'il fallait évacuer l'immeuble dans les meilleurs délais. Bien évidemment, sans utiliser les ascenseurs, donc par les escaliers de secours".

"Il n'y a pas eu de mouvement de panique, mais beaucoup de solidarité"

Malgré une situation potentiellement catastrophique, "il n'y a pas eu de mouvement de panique, mais beaucoup de solidarité", témoigne-t-il au micro d'Europe 1. "Ceux en bonne condition physique, ou émotionnellement stable, aidaient les collègues qui pouvaient en avoir besoin. Tout cela a contribué au bon déroulement des opérations".

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Quant à savoir quels souvenirs il va conserver de cet événement, le CEO des activités de Corporate and Investment Banking (CIB) de BNP Paribas en Amérique du Nord répond calmement : "Tous les membres de BNP Paribas et les employés sont en sécurité, c'est surtout ce moment-là que je vais retenir".  

Europe 1
Par Sonia Dridi, édité par Ugo Pascolo