Corée du Sud : un chef de cabine de Korean Air dédommagé pour le scandale des "noix de macadamia"

, modifié à
  • A
  • A
Cho Hyun-ah avait déjà été condamnée à un an de prison pour cette même affaire.
Cho Hyun-ah avait déjà été condamnée à un an de prison pour cette même affaire. © JUNG YEON-JE / AFP
Partagez sur :
Korean Air a été condamnée par la justice sud-coréenne à verser 15.000 euros à un steward qui avait été jeté hors d'un avion sur ordre de l'héritière de la compagnie, qui jugeait que son apéritif avait été mal servi en 2014. 

La justice sud-coréenne a ordonné à la compagnie aérienne Korean Air de payer 15.000 euros à un steward jeté hors d'un avion par l'héritière de la compagnie qui ne goûtait pas la façon dont avait été présenté son apéritif.

Jeté hors d'un avion pour une histoire de noix. En 2014, Cho Hyun-Ah avait fait les gros titres du monde entier pour avoir fait mettre dehors le chef de cabine d'un vol New York-Séoul après s'être vue servir des noix de macadamia dans leur sachet et non dans un bol. L'employé en question, Park Chang-jin, avait auparavant poursuivi Korean Air en expliquant que la compagnie nationale l'avait rétrogradé injustement pour avoir parlé de l'incident aux médias.

Il a aussi déposé plainte contre l'entreprise et Cho Hyun-Ah, alors vice-présidente de Korean Air, pour souffrances physiques et psychologiques, et réclamé des dédommagements. L'héritière avait contraint le plaignant, ainsi qu'une autre employée, à s'agenouiller devant elle pour s'excuser.

Des récriminations jugées recevables. Un tribunal de Séoul a jugé recevable une partie de son argumentation, ordonnant à Korean Air de lui verser 20 millions de wons (soit plus de 15.000 euros). La plainte contre Cho Hyun-Ah a été jugée en revanche nulle et non avenue.

La fille du président de Korean Air, Cho Yang-ho, avait été condamnée en 2015 à un an de prison pour violation de la réglementation sur la sécurité aérienne avant d'être libérée cinq mois plus tard, une cour d'appel ayant réduit sa peine à du sursis.

Une famille qui défraie la chronique

Les chaebols sud-coréens, ces vastes conglomérats familiaux ultra riches qui dominent l'économie sud-coréenne, sont souvent sujets à controverse. Mais la famille Cho a défrayé la chronique plus que d'autres. Le patriarche âgé de 69 ans a été inculpé en octobre pour abus de bien social. Il est soupçonné d'avoir prélevé plus de 20 millions de wons dans les caisses de la compagnie et octroyé illégalement des appels d'offre à des entreprises détenues par les membres de sa famille.

Son épouse Lee Myung-hee a été entendue plusieurs fois cette année sur des accusations d'agression contre des employés. Ce mois-ci, elle a été interrogée car soupçonnée de s'être servie de l'argent de la compagnie pour employer illégalement des domestiques étrangers. Cho Hyun-ah fait l'objet d'une enquête pour les mêmes soupçons.

Sa sœur cadette Cho Hyun-min, ancienne cadre du département marketing de Korean Air, a été accusée récemment d'avoir jeté une boisson au visage d'un publicitaire lors d'une crise de rage. Le parquet a abandonné les poursuites faute de preuve.