Corée du Sud : des vestes pacifistes pour les agents de sécurité de la présidence à Séoul

, modifié à
  • A
  • A
La suite de chiffres brodée sur les vestes des agents de sécurité renvoie aux sommets intercoréens.
La suite de chiffres brodée sur les vestes des agents de sécurité renvoie aux sommets intercoréens. © Jung Yeon-je / AFP
Partagez sur :
Les agents de la Maison bleue, le siège de la présidence de Corée du Sud, arborent cette semaine des vestes ornées de chiffres renvoyant aux sommets intercoréens, à l'approche de la nouvelle rencontre Trump-Kim. 

Des agents de sécurité de la présidence sud-coréenne arborent cette semaine des vestes brodées d'une étrange séquence numérique, une référence aux relations intercoréennes qui vise à favoriser la paix, à quelques jours du sommet Trump-Kim.

Une suite de chiffres en références aux sommets intercoréens. Ces manteaux bleu marine portés par une dizaine d'agents du Bureau de la sécurité nationale de la Maison bleue, le siège de la présidence, présentent sur le dos une suite de 12 chiffres -615104427919- dont le choix est un clin d’œil à plusieurs sommets intercoréens. Ainsi "615" fait référence à la Déclaration commune intercoréenne du 15 juin 2000. "104" renvoie à celle du 4 octobre 2007, "427" à la Déclaration historique de Panmunjom lors du sommet du 27 avril dernier. Et, finalement, "919" est une référence à la Déclaration commune du 19 septembre dernier à Pyongyang.

"Nous espérons simplement entretenir l'esprit positif", a déclaré un des agents. "Nous avons commandé ces manteaux et les portons au travail de notre plein gré. C'était notre idée." Un porte-parole de la Maison bleue a refusé de dire si ceux qui avaient pris cette initiative avaient en tête le second sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un, prévu les 27 et 28 février à Hanoï.

Trois rencontres en 2018. Après des années de montée des tensions en raison des programmes nucléaire et balistique interdits de la Corée du Nord, la péninsule a connu depuis 2018 une remarquable détente, qui a été illustrée, l'année dernière, par trois rencontres entre Kim Jong Un et le président sud-coréen Moon Jae-in.

Le deuxième sommet intercoréen de 2018, celui du 26 mai à Panmunjom, ne figure pas dans ce code "secret" car il n'avait accouché d'aucune Déclaration officielle, a expliqué l'agent de sécurité de la Maison bleue. "Nous souhaitions que ces chiffres soient brodés sur le dos de nos vestes afin de nous souvenir de ces dates clés et de souhaiter le meilleur au prochain sommet intercoréen", a-t-il expliqué. Il a raconté que cette idée, présentée par un collègue lors d'une réunion de travail, avait été adoptée par tous.

Kim bientôt à Séoul ? Lors de la visite à Pyongyang de Moon Jae-in l'année dernière, Kim Jong Un avait promis de réaliser à son tour une visite à Séoul. Si celle-ci se concrétise, Kim Jong Un sera le premier leader nord-coréen à mettre le pied au Sud depuis la division de la péninsule à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Moon Jae-in avait salué la proposition de Kim Jong Un, en estimant que les rencontres devaient être plus fréquentes en 2019.