Corée du Nord : regain d'activité sur un site d'essais nucléaires

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Selon le site spécialisé "38 North", des ouvriers étaient à l'oeuvre en décembre pour excaver un tunnel sur le site de Punggye-ri. 

Pyongyang a intensifié ses travaux de terrassement dans un tunnel de son principal site d'essais nucléaires, affirme vendredi un site internet spécialisé, alors que la situation s'est nettement apaisée sur la péninsule depuis le début de l'année.

Des ouvriers et une excavation. Le site très respecté 38 North appuie ses dires sur l'interprétation d'images satellite datant de décembre qui montrent une activité plus importante sur le site de Punggye-ri, où l'on voit notamment des chariots miniers, des ouvriers ou encore des amoncellements de plus en plus grands de déchets d'excavation. "Ces activités témoignent des efforts continus de la Corée du Nord pour entretenir les capacités du site de Punggye-ri en vue d'éventuels essais nucléaires futurs", indique le site internet. 38 North indique que le Tunnel Nord semble "en sommeil", avec de l'eau s'écoulant de son entrée. Mais il observe que "les excavations se sont accélérées au Portail Ouest". Ailleurs sur le site, le site spécialisé fait état d'activités inhabituelles avec notamment 100 à 120 ouvriers alignés dans une cour, pour une raison inconnue.

"Syndrome de la montagne fatiguée". La Corée du Nord a réalisé six essais nucléaires, donc cinq sous le Mont Mantap, à partir du Tunnel Nord du site de Punggye-ri, dans le nord-est du pays. Après une série de secousses sismiques repérées sur le site, 38 North avait indiqué en octobre que le site de Punggye-ri pourrait être affecté par le "syndrome de la montagne fatiguée" à la suite du dernier essai. Le "syndrome de la montagne fatiguée" décrit un site dont la structure géologique a été fragilisée par des explosions nucléaires souterraines répétées. 38 North jugeait cependant peu probable que le site de Punggye-ri soit abandonné, en pointant l'existance d'autres tunnels.

Reprise de dialogue. Ce changement d'attitude, après deux années de tensions sur la péninsule en raison des programmes nucléaire et balistique du Nord, a permis la tenue mardi des premières discussions intercoréennes en plus de deux ans. La Corée du Nord a accepté à cette occasion d'envoyer en février une délégation aux jeux Olympiques d'hiver qui auront lieu à Pyeongchang, en Corée du Sud. Trois des six essais nucléaires nord-coréens ont été réalisés depuis le début 2016. Le dernier en date, le plus puissant, date de septembre.