Corée du Nord : l'Otan veut un maintien des sanctions dans l'attente de "changements concrets"

, modifié à
  • A
  • A
Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, attend des "changements concrets".
Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, attend des "changements concrets". © LARS HAGBERG / AFP
Partagez sur :
"Les pressions et les sanctions des Nations Unies ont permis les progrès enregistrés ces dernières semaines", a cependant salué Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan. 

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a salué jeudi les déclarations du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un sur l'arrêt des essais nucléaires, mais écarté toute levée des sanctions internationales sans "changements concrets" de la part du régime.

"Il faut maintenir les sanctions". "Tant que nous ne constaterons pas des changements concrets dans le comportement du régime en Corée du Nord, il faut maintenir les sanctions internationales", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au siège de l'Otan à Bruxelles, à la veille d'un sommet entre les deux Corées dans la zone démilitarisée intercoréenne.

"Les pressions et les sanctions des Nations Unies ont permis les progrès enregistrés ces dernières semaines", a-t-il cependant estimé.

Le sommet intercoréen : "un premier pas important". Jens Stoltenberg, qui doit présider vendredi une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance, a également salué la tenue du sommet intercoréen "comme un premier pas important vers une solution pacifique et négociée". "Il est important de continuer à soutenir tous ces efforts" pour apaiser les tensions dans la péninsule, a dit le dirigeant norvégien.

Le leader nord-coréen Kim Jong Un doit rencontrer vendredi le président sud-coréen Moon Jae-in dans la zone démilitarisée qui divise la péninsule. Et fin mai ou début juin, il devrait participer à un sommet historique avec le président américain Donald Trump dans un lieu non encore précisé. Le principal objectif de ce rapprochement diplomatique est de convaincre Pyongyang de renoncer à son armement nucléaire.