Chine : Kim Jong Un accueilli en grande pompe à Pékin avant son sommet avec Trump

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

VIDÉO - Kim Jong Un s'est rendu à Pékin pour une visite non officielle de dimanche à mercredi, signe d'une volonté de rapprochement entre les deux pays avant un sommet entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen.

Kim Jong Un a été accueilli en grande pompe à Pékin pour sa première visite - secrète - en Chine, signe de la volonté de rapprochement des deux alliés historiques avant le sommet prévu entre le dirigeant nord-coréen et l'Américain Donald Trump.

Une visite historique. Pour la première sortie à l'étranger du dirigeant nord-coréen depuis son arrivée au pouvoir fin 2011, Kim et son épouse ont eu droit à une cérémonie solennelle et à un banquet sous les ors du Palais du peuple, lors de cette visite qui n'a été officiellement révélée que mercredi, une fois que le couple avait regagné son pays en train blindé.

La visite, qui s'est déroulée de dimanche à mercredi selon l'agence de presse Chine nouvelle, souligne spectaculairement le rapprochement entre les deux voisins, divisés ces dernières années par l'appui de Pékin aux sanctions internationales visant à forcer Pyongyang à renoncer à son programme nucléaire. Kim Jong Un n'avait encore jamais rencontré Xi Jinping.

Un "devoir solennel" de se rendre à Pékin. "Il n'y a aucun doute que ma première visite à l'étranger [devait être] pour la capitale chinoise", a déclaré Kim Jong Un, selon des propos rapportés par l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. "C'est mon devoir solennel", a-t-il ajouté. 

Confirmation du sommet Trump-Kim. Selon Chine nouvelle, l'homme fort de Pyongyang s'est dit prêt à un sommet avec le président américain Donald Trump, après des mois de menaces de guerre entre les deux pays autour du programme nucléaire nord-coréen. Ce sommet avait été annoncé de sources sud-coréenne et américaine mais pas encore confirmée de source nord-coréenne. Selon Séoul, il pourrait se dérouler fin mai, mais ni le lieu ni la date exacte de la rencontre n'ont encore été annoncés. 

Kim favorable à la dénucléarisation. Le dirigeant nord-coréen, qui a procédé ces dernières années à une série d'essais nucléaires et de tirs de missiles susceptibles d'atteindre les États-Unis, s'est prononcé pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne. 

"Notre position constante est d'être engagés en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, conformément à la volonté de l'ancien président Kim Il Sung et de l'ancien secrétaire général Kim Jong Il", les prédécesseurs et grand-père et père respectifs de Kim Jong Un, a rapporté l'agence chinoise. Cette question "peut être résolue si la Corée du Sud et les États-Unis répondent à nos efforts en faisant preuve de bonne volonté", a ajouté le dirigeant nord-coréen.

Une visite secrète. La télévision publique chinoise CCTV a diffusé des images de Kim Jong Un et de Xi Jinping se serrant la main devant les drapeaux des deux pays, en compagnie de leurs épouses. Xi Jinping et son hôte, vêtu d'un costume Mao anthracite, ont entendu les hymnes des deux pays avant de passer les troupes en revue. 

Cette visite avait été dévoilée dès lundi soir par des médias japonais, affirmant qu'un haut dirigeant nord-coréen était arrivé en train à Pékin, mais sans pouvoir affirmer qu'il s'agissait bien de Kim Jong Un. Les médias chinois s'étaient gardés de confirmer la visite, attendant vraisemblablement que Kim Jong Un ait regagné son pays. Xi Jinping a accepté une invitation à se rendre en Corée du Nord, selon KCNA.