Canal de Suez : le trafic mettra "3,5 jours" à s'écouler après la fin de l'incident

, modifié à
  • A
  • A
porte-conteneurs.
Le canal devra fonctionner 24 heures sur 24, immédiatement après le renflouement du navire. © Khaled DESOUKI / AFP
Partagez sur :
Le porte-conteneurs Ever Given, qui obstrue le canal de Suez depuis près d'une semaine, a été remis lundi à 80% dans la "bonne direction". Plus de 400 navires internationaux attendent la fin de l'incident pour pouvoir passer le canal. Un trafic qui s'annonce donc très dense et devrait mettre plusieurs jours à s'écouler. 

Le trafic maritime, soit plus de 400 navires en attente de pouvoir passer le canal de Suez, mettra "3,5 jours" à s'écouler après la fin de l'incident, a indiqué le chef de l'Autorité du canal sur une chaîne locale de télévision.

Selon l'amiral Osama Rabie, "le canal va fonctionner 24 heures sur 24, immédiatement après le renflouement du navire". Il faudra "trois jours et demi environ" pour que les navires en attente "traversent le canal", a dit le responsable égyptien à la chaîne Sadaa al-Balad, sans préciser quand l'incident serait terminé.

Entre six et 10 milliards de dollars par jour d'immobilisation

Le canal de Suez, long de quelque 190 km, voit passer environ 10% du commerce maritime international et chaque journée d'indisponibilité entraîne d'importants retards et coûts. Plus de 400 navires étaient coincés lundi matin aux extrémités et au milieu du canal reliant la mer Rouge à la mer Méditerranée.

 

L'assureur Allianz a estimé vendredi que chaque jour d'immobilisation pourrait coûter entre six et 10 milliards de dollars. La valeur totale des biens bloqués ou devant emprunter une autre route diffère selon les estimations, oscillant entre trois et 9,6 milliards de dollars.

Les cours du pétrole ont connu de brusques hausses depuis le début de l'incident. Les autorités du canal ont affirmé que l'Egypte perdait entre 12 et 14 millions de dollars par jour de fermeture. Près de 19.000 navires ont emprunté le canal en 2020, selon la SCA.

 

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP