Cameroun : un gendarme décapité dans des vidéos authentifiées par Amnesty

  • A
  • A
En deux ans, plus de 160 membres des forces de sécurité ont été exécutés par des séparatistes armés, a dénombré Amnesty. Image d'illustration.
En deux ans, plus de 160 membres des forces de sécurité ont été exécutés par des séparatistes armés, a dénombré Amnesty. Image d'illustration. © REINNIER KAZE / AFP
Partagez sur :
Amnesty appelle les autorités camerounaises à enquêter de façon "urgente" et "indépendante" sur les crimes commis en zone anglophone.

Deux vidéos montrant des séparatistes anglophones ayant décapité un gendarme camerounais ont été authentifiées par l'ONG Amnesty international, qui a dénoncé mardi dans un communiqué l'escalade de la violence en zone anglophone du Cameroun.

Selon les experts médico-légaux d'Amnesty, le gendarme avait des contusions à la tête, posées sur un tissu blanc imbibé de sang avec ce qui pourrait être ses organes génitaux à proximité, détaille l'ONG de défense des droits de l'homme qui dit avoir authentifié deux vidéos reçues à la fin de la semaine dernière. Dans une première vidéo, une personne s'identifie comme membre du groupe des séparatistes armés "Ambazonia Liberation Forces" avant que la même vidéo ne montre la tête décapitée du gendarme, indique Amnesty. Dans la deuxième vidéo, qui serait la suite de la première, on peut entendre une voix affirmant que les séparatistes avaient pris le fusil du gendarme.

400 civils tués depuis janvier. L'ONG dit ne pas être encore en mesure de confirmer l'endroit exact où les vidéos ont été tournées, mais estime qu'il s'agirait de la région de Belo dans le nord-ouest du pays, gravement touchée par la crise qui secoue les deux régions anglophones depuis 2016. En deux ans, plus de 160 membres des forces de sécurité ont été exécutés par des séparatistes armés, a dénombré Amnesty, qui ajoute que ce nombre est largement sous-évalué. Depuis début 2018, environ 400 civils ont été tués par les forces de sécurité ou par les séparatistes armés selon l'ONG qui a dénombré plus de 260 "incidents sécuritaires" (affrontements, enlèvements, homicides, destructions de maisons).

Amnesty demande une enquête "indépendante". Amnesty, qui dénonce une escalade des violences, appelle les autorités camerounaises à enquêter de façon "urgente" et "indépendante" sur les crimes commis par les forces de l'ordre ou par les séparatistes en zone anglophone. L'ONG craint une recrudescence des violences lors des présidentielles prévues le 7 octobre au Cameroun