Brunei : le sultan qui veut lapider les homosexuels est grand-croix de la Légion d'honneur

  • A
  • A
Le sultan de Brunei Hassanal Bolkiah arborant la grand-croix de la Légion d'honneur, à Toulouse, en 1996.
Le sultan de Brunei Hassanal Bolkiah arborant la grand-croix de la Légion d'honneur, à Toulouse, en 1996. © GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :
Le sultan de Brunei, Hassanal Bolkiah, sous le feu des critiques après avoir annoncé le mois dernier l'instauration de la peine de mort par lapidation pour les homosexuels, est grand-croix de la Légion d'honneur, a révélé "Ouest-France". 

C'est l'étude attentive de photographies de 1996 qui a conduit Ouest-France à s'interroger sur les décorations du sultan de Brunei. Sur les clichés, pris à Toulouse après une visite d'Hassanal Bolkiah sur le site d'Airbus, on voit clairement l'insigne de la grand-croix de la Légion d'honneur agrafée à la veste de costume du monarque. Il s'agit de la plus haute décoration de la République française. Interrogée par le quotidien régional, la Chancellerie de la Légion d'honneur a confirmé que le sultan porte bien l'insigne officielle sur la photo, sans donner davantage d'informations sur les circonstances dans lesquelles elle lui avait été remise. 

Décoré par Dominique Baudis. Durant le même déplacement, Hassanal Bolkiah s'était en outre vu offrir la médaille d'or de la ville Toulouse. C'est le maire de l'époque, Dominique Baudis, qui la lui avait remise. Le service de presse de la ville rose a indiqué "attendre la position de l'Etat sur le dossier" avant de lui retirer cette décoration. Le ministère des Affaires étrangères n'a de son côté pas souhaité faire de commentaire sur la possibilité d'exclure le sultan de Brunei de l'ordre de la Légion d'honneur. 

Le sultanat de Brunei, petit Etat situé dans le nord de l'île de Bornéo, en Asie du Sud-Est, a annoncé fin mars l'adoption d'un nouveau code pénale punissant de mort par lapidation l'homosexualité et l'adultère. Cette nouvelle législation inspirée de la charia suscite depuis quelques jours une vague d'indignation dans les ONG et les chancelleries. L'acteur américain George Clooney a appelé au boycott des neufs palaces détenus par le sultan, parmi lesquels figurent le Meurice et le Plaza Athénée, à Paris.