Aucun nouveau délai pour le Brexit ? "Les menaces européennes ne sont que du bluff"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les députés britanniques ont décidé samedi de reporter leur décision sur l’accord conclu entre le gouvernement de Boris Johnson et Bruxelles, alors que les 27 ont menacé qu’en cas de rejet, aucun délai supplémentaire ne pourrait être accordé. Yves Bertoncini, président du Mouvement Européen-France, invité au micro d'Europe 1, y voit un "coup de main" au Premier ministre.
INTERVIEW

Nouveau report. Les députés britanniques ont décidé samedi de reporter leur décision sur l’accord conclu entre le gouvernement de Boris Johnson et Bruxelles à propos du Brexit. Et ce alors que les 27 pays de l'Union européenne ont menacé qu’en cas de rejet, aucun délai supplémentaire ne pourrait être accordé. Ce report, "c’est surtout un service rendu à Boris Johnson", estime pour sa part Yves Bertoncini, président du Mouvement Européen-France, invité samedi soir d'Europe 1.

Selon le spécialiste, les menaces européennes ne sont que "du bluff" : "Si un délai est demandé, de l’ordre de quelques semaines, je crois que tous les Européens seront enclins à l’accorder parce qu’ils ne voudront pas prendre la responsabilité politique d’un divorce sans accord. D’autant plus que ce divorce va coûter à tout le monde, même aux Français, alors qu’il y a plein de gens qui n’ont pas demandé ce divorce."

"Les dirigeants européens ne voudront pas prendre la responsabilité politique d’un divorce sans accord"

Emmanuel Macron a notamment réexprimé son point de vue sur le sujet samedi à Bruxelles. "Il ne me semble pas que de nouveaux délais doivent être accordés", a-t-il souligné. "Il nous faut terminer ces négociations et passer à la négociation sur la relation future. Mon souhait, c'est qu'on tienne le délai que nous nous sommes fixés à nous mêmes", a martelé le chef de l'État français.

Yves Bertoncini rappelle qu'une sortie sans accord serait une situation particulièrement "embêtante" : "Sans accord, on tombe dans un vide juridique complet", explique-t-il. "Par exemple, les pêcheurs de Boulogne-sur-mer se demandent s'ils pourront encore pêcher dans les eaux britanniques; les marchandises qui seront envoyées depuis le Royaume-Uni à Calais, quant à elles, devront être contrôlées davantage... Dans tous les cas, le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne va créer des problèmes, mais il vaut mieux que ce soit un divorce par consentement mutuel et dans un cadre juridique précis."