Brexit : accord trouvé avec l'UE sur des changements "légalement contraignants"

, modifié à
  • A
  • A
(Photo d'illustration.)
(Photo d'illustration.) © EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :
La Grande-Bretagne et l'UE ont trouvé un accord sur des "changements" à l'accord de Brexit. Les députés britanniques ont désormais la main. 

La Grande-Bretagne a trouvé un accord avec l'Union européenne sur des "changements légalement contraignants" à l'accord de Brexit, a annoncé le vice-Premier ministre britannique David Lidington lundi soir devant le Parlement. "Ce soir à Strasbourg, la Première ministre (Theresa May) a obtenu des changements légalement contraignants qui renforcent et améliorent l'accord de retrait et la déclaration politique", a dit David Lidington, appelant les députés britanniques à voter l'accord lorsqu'il leur sera représenté mardi. 

Vers un vote du parlement britannique dès mardi ? Soulignant que les discussions se poursuivaient entre Theresa May et les dirigeants européens réunis dans la ville alsacienne où se tient une session plénière du Parlement européen, il a promis aux députés britanniques la présentation de deux documents. "Le premier confirme que l'UE ne pourra pas piéger le Royaume-Uni dans le filet de sécurité indéfiniment", a précisé le dirigeant britannique, en référence au dispositif qui prévoit le maintien, en dernier recours, du Royaume-Uni dans une union douanière pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

En outre, "l'instrument commun reflète l'engagement du Royaume-Uni et de l'UE à travailler au remplacement du filet de sécurité avec des arrangements alternatifs d'ici décembre 2020". David Lidington a appelé les députés à voter en faveur de l'accord ainsi "amélioré", lorsqu'il leur sera présenté mardi, affirmant que "ce sera le seul accord sur la table". "Demain vous aurez à faire un choix fondamental, voter pour cet accord amélioré ou plonger le pays dans une crise politique", a-t-il mis en garde. Mi-janvier, les élus britanniques avaient massivement rejeté l'accord conclu par Theresa May fin novembre avec Bruxelles, la renvoyant à la table des négociations.