Brésil : sept homicides par heure en 2016

  • A
  • A
Brésil policier 1280
Le nombre de Brésiliens tués par les policiers a fortement augmenté. © Mauro PIMENTEL / AFP
Partagez sur :

Plus de 60.000 personnes ont été tuées en 2016 au Brésil. Le nombre de Brésiliens abattus par des policiers a augmenté de 26% en un an, notamment dans l'État de Rio.

Le Brésil a recensé 61.619 homicides en 2016, soit sept par heure en moyenne, un triste record qui reflète autant l'augmentation de la violence policière que du nombre d'agents tués, selon un rapport publié lundi. La onzième édition de l'Annuaire brésilien de sécurité publique indique que le taux d'homicide s'est élevé à 29,9 pour 100.000 habitants l'année dernière. Un chiffre largement supérieur aux 10 pour 100.000 considérés par l'ONU comme le seuil de violence endémique.

Explosion des violences policières. En 2015, ce taux s'élevait à 28,8, pour un total de 58.870 homicides dans ce pays de plus de 200 millions d'habitants. Le Forum brésilien de sécurité publique, ONG qui publie chaque année ce rapport de référence, souligne notamment une augmentation de 26,8% sur un an du nombre de personnes tuées par des policiers. D'après l'ONG, 99,3% des victimes sont des hommes, 81,8% sont jeunes (âgés de 12 à 29 ans) et 76,2% sont noirs. En moyenne, plus de 11 personnes par jour ont trouvé la mort en 2016 lors d'incursions policières au Brésil, dont près du quart dans le seul État de Rio de Janeiro, confronté à une flambée de la violence depuis la fin des jeux Olympiques de 2016.

Violences exacerbées à Rio. Au total, 925 personnes ont été tuées par les forces de l'ordre à Rio l'année dernière, une augmentation de 43% par rapport à 2015. L'État de Rio est également celui où le plus grand nombre de policiers ont été tués en 2016 : 132 au total, 40 d'entre eux pendant leurs heures de service. L'ONG souligne que cette augmentation se produit alors que le gouvernement a réduit le budget de la sécurité. À Rio, en proie à une grave crise financière, les fonctionnaires cumulent souvent plusieurs mois de salaires impayés, y compris les policiers.