Afghanistan : l'EI revendique l'attentat sanglant contre un mariage à Kaboul

  • A
  • A
L'attentat a visé une salle de mariage, en Afghanistan, dans la capitale du pays, Kaboul, samedi 17 août.
L'attentat a visé une salle de mariage, en Afghanistan, dans la capitale du pays, Kaboul, samedi 17 août. © Wakil KOHSAR / AFP
Partagez sur :
L'attentat kamikaze ayant fait au moins 63 morts et 182 blessés pendant un mariage à Kaboul, en Afghanistan, samedi 17 août, a été revendiqué par l'organisation État islamique, dimanche 18 août. 

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué, dimanche 18 août, l'attentat kamikaze ayant fait au moins 63 morts et 182 blessés la veille au soir lors d'un mariage à Kaboul, la capitale afghane.

"Le frère kamikaze Abou Assem al-Pakistani (...) a réussi hier à atteindre un grand rassemblement (...) d'apostats" à Kaboul et a "fait détoner sa ceinture une fois au milieu de la foule", est-il écrit dans un communiqué publié sur Telegram par l'organisation ultraradicale.

"Après l'arrivée de membres de la sécurité, des moujahidine ont fait exploser une voiture piégée", selon la même source.

"Une scène de massacre et de carnage"

"Parmi les victimes il y a des femmes et des enfants", a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi selon lequel l'attentat est l'oeuvre d'un "kamikaze".

"Les participants dansaient et faisaient la fête quand l'explosion s'est produite" peu avant 23 heures, a témoigné un invité blessé par des éclats aux bras et à l'abdomen. "C'était le chaos, une scène de massacre et de carnage", a dit d'une voix tremblante un autre blessé de 22 ans, interrogé sur son lit d'hôpital par l'AFP. Selon Hameed Quresh, qui a perdu un de ses frères dans l'explosion, plus de 1.000 personnes participaient aux festivités.

 

"Ils ont changé mon bonheur en chagrin. J'ai perdu mon frère, mes amis, ma famille. Je ne pourrai plus jamais être heureux", a témoigné auprès de la télévision locale le marié, prénommé Mirwais. "Hier après-midi, les invités sont venus à mon mariage avec des visages souriants, le soir, on sortait leurs corps de la salle" de mariage, s'est-il désolé, indiquant que sa femme "ne cesse de s'évanouir".

Les talibans, qui livrent une guerre d'insurrection depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, ont rapidement nié toute implication. L'EI, des islamistes radicaux sunnites, a pris à plusieurs reprises pour cible la communauté chiite d'Afghanistan, dont les familles des mariés faisaient partie.

L'espoir d'un accord de paix 

De nombreux messages de condamnations ont afflué des ambassades présentes en Afghanistan, des missions de l'Otan et de l'ONU. Le chef de l'exécutif Abdullah Abdullah a déclaré que "cette attaque odieuse et inhumaine est bien un crime contre l'humanité".

L'attentat est survenu alors que la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, espère la conclusion d'un accord entre les Etats-Unis et les talibans qui ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé.

L'accord porterait sur un retrait progressif des 14 000 soldats américains en échange de la promesse que les miliciens islamistes, qui ont longtemps hébergé Al-Qaïda, ne permettraient pas que l'Afghanistan redevienne un abri pour les jihadistes.