Affaire Bolloré : le président guinéen va porter plainte à Paris

, modifié à
  • A
  • A
Alpha Condé s'en est aussi pris à la presse guinéenne jeudi pour son traitement de l'affaire Bolloré.
Alpha Condé s'en est aussi pris à la presse guinéenne jeudi pour son traitement de l'affaire Bolloré. © AHMED OUOBA / AFP
Partagez sur :
Le président de la Guinée Alpha Condé a dit jeudi sa volonté de porter plainte à Paris pour "dénonciation calomnieuse" dans le cadre de l'affaire Bolloré.

Le président guinéen Alpha Condé a annoncé jeudi qu'il allait porter plainte à Paris pour "dénonciation calomnieuse" dans le cadre du dossier qui ébranle l'homme d'affaires français Vincent Bolloré, inculpé pour corruption, notamment dans l'attribution de la concession du port de Conakry. "Je vais porter plainte à Paris pour dénonciation calomnieuse", a lancé sans plus de détails Alpha Condé en haranguant des dizaines de journalistes réunis à la maison de la presse de Conakry à l'occasion de la journée mondiale pour la liberté de la presse.

Le président s'en prend à la presse. Le président guinéen, 80 ans et réputé proche du milliardaire français, ne s'était pas encore exprimé depuis la mise en examen retentissante le 25 avril de Vincent Bolloré. L'ancien opposant historique, élu en 2010, n'a pas précisé contre qui il entendait porter plainte. Mais il a vertement reproché à la presse guinéenne de ne pas avoir joué son rôle pour "défendre le pays". "Vous n'avez jamais protesté quand on raconte des histoires sur votre pays parce que vous continuez à désinformer la population. C'est à Paris qu'on va s'expliquer parce qu'aucun de vous n'a cherché à savoir ici la vérité", a lancé Alpha Condé.

Promesse de collaboration. Alpha Condé avait résilié le 8 mars 2011 par décret la convention de concession du terminal du port de Conakry octroyée en 2008 pour 25 ans à Getma, filiale de l'armateur français NCT Necotrans, pour la confier au groupe Bolloré. Les magistrats français qui ont inculpé Vincent Bolloré notamment de "corruption d'agent étranger" tentent de déterminer si le groupe a utilisé les activités de conseil politique de sa filiale Havas pour obtenir la gestion des ports de Conakry et de Lomé au Togo via une autre de ses filiales, Bolloré Africa Logistics, anciennement appelée SDV. SDV avait obtenu la gestion la concession à Lomé peu avant la réélection en 2010 du président du Togo Faure Gnassingbé, conseillé dans sa campagne par Havas, tout comme Alpha Condé. Le 26 avril, la Commission nationale d'enquête administrative guinéenne a démenti toute implication d'Alpha Condé dans l'octroi du terminal de Conakry au groupe Bolloré. Le ministre guinéen de la Justice avait assuré le même jour que la Guinée allait "collaborer avec la France" dans cette affaire.