"Kebab" ou "grec" ? Le débat fait rage sur les réseaux sociaux

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après le pain au chocolat et la chocolatine, un nouveau débat a secoué les réseaux sociaux : kebab ou grec ? Le nom de cette spécialité, popularisée à Berlin par un Turc dans les années 1970, divise la France, entre Paris et les régions.

Après le duel pain au chocolat, chocolatine, c'est un nouveau débat culinaire qui a fait rage sur les réseaux sociaux lundi, à la suite de la publication d'un article du Parisien. Kebab ou grec ? Une bataille s'est engagée entre Paris et les régions de France avec près de 10.000 réactions sur le réseau social Twitter. Une règle semble se dessiner : à Paris, c'est un grec, ailleurs, un kebab.

Un clash Paris-Province

 Le sujet prête à sourire, au vu de l'actualité, comme souligne le Twittos Prince. "On est à ça de se partir en guerre avec l’Arabie Saoudite, mais heureusement je n'ai jamais dit Kebab". Mais il n'en est pas moins l'objet d'âpres controverses. 

"Si Paris a décidé Grec, c'est le mot officiel", assure Alim. Pareil pour Maxime, un peu plus méprisant : "ceux qui disent 'kebab' sont les mêmes qui disent 'je vais en ville'". Car derrière ce débat séculaire autour d'une spécialité popularisée dans les années 1970 à Berlin par un Turc, un certain Kadir Nordmann, c'est surtout un clash Paris-Province qui se dessine. Et l'internaute Obi Wan cherche à mettre de l'huile sur le feu. "Certaines régions disent 'la kebabatine', d’autres, 'le pain aux viandes'". 

Autre différence : le prix. Pour Odel, il est grandement influencé par le nom. "La différence c'est qu'un Kebab, le nom est chic : c'est 10 euros, alors qu'un Grec c’est seulement 5 euros". 

Un débat sémantique résumé par deux hommes. Redwane d’un côté : "On dit Grec et rien d’autre. Keugré [grec à l'envers, ndlr] à la limite. Et vous n’allez rien faire. On est un pays centralisé depuis des siècles, c’est à NOUS de décider." La réponse de Patounes, utilisant des arguments historiques, est limpide : "Quelle blague déjà de base le Kebab = döner Kebab, inventé par un Turc d'Allemagne. Donc rien n’est centralisé à Paris, c’est Kebab. Basta."

Pour rappel, le terme "grec" est apparu dans les années 1980 en France, lorsque des vendeurs grecs de "gyros" (spécialité grecque proche du kebab, à base de pain pita), se sont installés à Paris, notamment dans le 5e arrondissement (Quartier latin, rue de la Huchette, rue Mouffetard). Ils ignoraient probablement l'ampleur des débats qu'ils allaient susciter. 

Europe 1
Par Paul Lahcene