Gendarme de 25 ans tuée lors d'un contrôle : "Un drame épouvantable", s'émeut le maire

, modifié à
  • A
  • A
Gendarmerie
Au lendemain de la mort d'une gendarme, percutée par un chauffard, l'émotion est vive dans la commune d'Aiguillon, dont elle faisait partie de la brigade. Photo d'illustration © AFP
Partagez sur :
Au lendemain de la mort d'une gendarme de 25 ans, percutée dans l'exercice de ses fonctions par un chauffard, l'émotion est vive. Mélanie Lemée était membre de la brigade d'Aiguillon, dans le Lot-et-Garonne. Le maire, Christian Girardi, déplore un "drame épouvantable". "Les gens sont atterrés", confie-t-il au micro d'Europe 1. 

"Un drame épouvantable." Au lendemain de la mort d'une gendarme de 25 ans, percutée par un automobiliste lors d'une opération de gendarmerie à Port-Sainte-Marie, près d'Agen, dans le Lot-et-Garonne, l'émotion est vive. Le chauffard, rapidement interpellé, roulait sans permis, d'après les premières informations de l'enquête. Le trentenaire aurait dévié de sa course pour éviter la herse déployée sur la route. Il aurait alors fauché Mélanie Lemée, positionnée sur le bas-côté. Grièvement blessée aux membres inférieurs, la gendarme n'a pas survécu malgré l'intervention rapide des secours.

Mélanie Lemée, ancienne championne de judo, entrée dans la gendarmerie à la suite d'une blessure, appartenait à la brigade d'Aiguillon, une commune proche de Port-Sainte-Marie. "C’est un drame épouvantable qui touche tout d’abord sa famille, puis la brigade d’Aiguillon et l’ensemble de la communauté Aiguillonnaise", confie à Europe 1 le maire nouvellement élu, Christian Girardi. "On n'a pas de mots pour qualifier cet acte épouvantable. Les gens sont atterrés." En hommage, les drapeaux ont été mis en berne. 

Des bouquets apportés à la gendarmerie

Le conducteur, actuellement en garde à vue, était connu des services de police pour des infractions à la législation aux stupéfiants. Samedi soir, il a cherché à fuir les forces de l'ordre à trois reprises. Tout d'abord lors d’un simple contrôle routier effectué par les gendarmes sur une départementale de Colayrac puis quelques minutes plus tard face à un barrage tenu par la police nationale à Agen. C'est lors d’une troisième opération d’interception de la gendarmerie à Port-Sainte-Marie que l'accident a eu lieu. 

Les hommages pleuvent pour saluer la mémoire de la jeune femme, originaire de Normandie. "On s’est précipité à la gendarmerie pour aller apporter des bouquets en hommage à cette jeune femme, à ce que fait la gendarmerie", confie le maire. 

Une marche blanche prévue

Sur sa page Facebook, la gendarmerie du Lot-et-Garonne s'est dite "meurtrie" par le "décès en service" d'une "camarade" et a exprimé sa "profonde émotion à l'endroit de la famille, des proches et de nos camarades du Lot-et-Garonne frappés durement en ces terribles circonstances". Le Premier ministre, Jean Castex, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner et son secrétaire d'État, Laurent Nuñez, ont également fait part dimanche de leur profonde émotion.

"J’ai entendu que les Aiguillonais voulaient spontanément faire une marche blanche, c’est une bonne chose mais le drame est là", déplore Christian Girardi. Une enquête a été confiée à la section de recherches de gendarmerie de Bordeaux et une autopsie doit être pratiquée. Le parquet d'Agen organise également une conférence de presse lundi à 11 heures. 

Europe 1
Par Marion Dubreuil, édité par Mathilde Durand, avec AFP