Disparition d'Emiliano Sala : "on peut penser qu'il s'agit d'un amerrissage catastrophe"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Selon Michel Polacco, journaliste expert en aéronautique, l'état de l'avion qui transportait Emiliano Sala laisse présumer un amerrissage plutôt qu'une perte de contrôle de l'appareil.

LE TOUR DE LA QUESTION

C'est dimanche que l'épave du PA-46 Malibu qui devait transporter le footballeur Emiliano Sala de Nantes à Cardiff a été localisée au fond de la Manche. L'appareil, dans lequel un corps a également été trouvé, peut en apprendre beaucoup sur les conditions de l'accident qui a entraîné la disparition du joueur argentin. C'est notamment à l'état de la carlingue que les enquêteurs vont s'intéresser désormais, mais les premières informations récoltées ont déjà donné quelques indices à Michel Polacco, journaliste expert en aéronautique, invité de Wendy Bouchard sur Europe 1 mardi.

Un amerrissage "dans des conditions difficiles". Selon lui, le bon état de l'avion, qui a été retrouvé quasi au complet, est à prendre en compte. "On a à peu près tout le fuselage de l'avion, avec ce qui doit correspondre au cockpit et à l'arrière. A priori, c'est un amerrissage catastrophe", explique-t-il. "On peut penser qu'il s'agit moins d'un avion dont on a perdu le contrôle", et qui aurait été retrouvé très abîmé par sa chute, "qu'un avion qui a amerri dans des conditions sans doute assez difficiles". L'amerrissage en urgence a pu être motivé par un incident, comme un moteur qui givre ou s'arrête.

 

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

 

"Ils n'ont pas réussi à évacuer". Les conditions d'amerrissage ont forcément été très compliquées. "C'était la nuit et c'est quasiment impossible d'apprécier sa hauteur sur l'eau la nuit", rappelle Michel Polacco. D'autant qu'avec ce genre d'appareil, il est "quasiment pas possible" de s'entraîner et donc d'acquérir de l'expérience sur cette manœuvre, qui reste quoi qu'il en soit très délicate. Reste que "là, ça ne s'est peut-être pas trop mal passé", estime l'expert. "Sauf qu'apparemment, ils n'ont pas réussi à évacuer l'avion. Au moins un des occupants n'a pas réussi."

De nombreuses analyses de l'épave et des engins de bord restent encore à effectuer pour faire toute la lumière sur cet accident.

Les + lus