Un gardien sauve un détenu du suicide

  • A
  • A
Partagez sur :

Un gardien de prison a réanimé un détenu qui avait tenté de se pendre lundi à la maison d'arrêt de Sequedin (Nord), a-t-on appris mardi de sources concordantes. L'homme, qui venait d'être découvert pendu dans sa cellule, "a été sauvé par un massage cardiaque pratiqué par l'un des gardiens présents", a déclaré Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires du Nord-Pas-de-Calais. "Il s'agit d'un prévenu qui est en prison pour des faits graves. Il sera donc a priori condamné à une peine lourde", a ajouté Alain Jégo, qui a évoqué "la possibilité que son geste soit lié à ce qu'il a commis".

"Si le gardien n'était pas intervenu, il est certain que le prévenu, qui a été hospitalisé, serait mort", a-t-il conclu, précisant que "tous les agents de prison sont formés aux premiers secours, puisqu'ils sont souvent confrontés à des tentatives de suicides". "Le prévenu a eu beaucoup de chance d'être tombé sur un gardien qui savait faire un massage cardiaque, car nous sommes nombreux à ne pas nous souvenir des formations qu'on nous donne à peine une fois par an", a objecté Frédéric Bogaert, du syndicat FO pénitentiaire de Sequedin. "Plus la surpopulation des prisons augmente, plus les tentatives de suicides sont nombreuses", a ajouté le syndicaliste, soulignant que le pronostic vital du détenu reste engagé.

Frédéric Bogaert a réclamé "une récompense" pour ce geste, éventuellement sous la forme d'une prime, mais autre chose qu'une lettre de félicitations. En mai, une centaine de surveillants avaient bloqué l'accès à la maison d'arrêt de Sequedin pour dénoncer l'insuffisance des mesures de sécurité. Le 16 juillet, une nouvelle évasion a eu lieu devant les portes de la prison, quatre mois après celle de Redoine Faïd qui avait pris quatre surveillants en otage le 13 avril à l'aide d'une arme et d'explosifs.