7:14
  • Copié
, modifié à

Tous les jours de la semaine, Europe 1 décrypte trois articles de la presse du jour.

Lionel Gougelot remplace Alexandre Le Mer ce mercredi 15 mai 2024.

 

Pressing Ombline Roche

Cette fake news qui voulait effrayer Cannes ! c’est le titre de cet article du journal gratuit 20 minutes… on en a beaucoup parlé ces derniers jours sans vraiment savoir de quoi il retournait.

Tout a commencé par une rumeur… la semaine dernière. Le site Mediapart, dit la rumeur, doit publier à l’occasion de l’ouverture du festival de Cannes, une enquête fracassante sur des violences sexistes et sexuelles qui mettraient en cause 10 personnalités du cinéma. Des grands noms du cinéma français.

Donc tout est faux. Mais comment est-elle née cette rumeur ?

Elle est née sur des comptes du réseau social X… 20 minutes précise qu’il est difficile de remonter jusqu’au tweet originel mais que cette fausse information s’est répandue comme une trainée de poudre, alimentée par des comptes complotistes.

Le problème c’est que, quelques jours plus tard… Les journaux d’information – de médias sérieux- ont commencé à leur tour à évoquer cette « liste noire » du cinéma français. Le Figaro évoque « des comédiens et des producteurs parmi les plus célèbres du moment ». Le Canard Enchaîné parle d’une « enquête en cours sur les violences sexuelles dans le cinéma » mais sans évoquer de liste. Prudence donc.

C’est Le Parisien qui le weekend dernier inscrit la mention « fake news » dans un article « des noms circulent – peut-on lire- sans aucune précision ni preuve ». Mediapart est contacté et affirme qu’il n’existe aucune liste, aucune enquête.

Le soufflet est en train de retomber mais non sans avoir fait des dégâts.

Parmi les noms salis, celui du meilleur espoir masculin à la dernière cérémonie des César Raphaël Quenard. Invité de l’émission « Clique » de Mouloud Achour sur Canal +, l’acteur évoque un sentiment « d’injustice et d’impuissance ».

Il n’empêche… cette édition du festival de Cannes se déroule sous le signe du #metoo du cinéma français. Pour preuve cette mise en cause, bien réelle cette fois, du producteur Alain Sarde.

C’est à lire dans le journal gratuit 20 minutes ce matin

 

Pressing Lionel Gougelot

Imaginez, vous êtes propriétaire d'une voiture qui roule bien, qui n'a pas de problème particulier, jusqu’à ce que vous receviez un courrier du constructeur vous demandant de cesser de conduire votre véhicule.

C’est la Voix du Nord qui consacre un long article à ce sujet ce matin.

C’est ce qui arrive à des propriétaires de Citroën C3 et DS3 qui viennent d’apprendre que leur voiture construite entre 2009 et 2017 est équipée d’un Airbag défectueux qui peut se révéler dangereux et le message pour les propriétaire est particulièrement inquiétant “Les produits chimiques contenus  dans ces airbags peuvent se détériorer au fil du temps, exposant le conducteur et le passager à un risque de rupture de cet airbag avec trop de force en cas de collision susceptible de provoquer des blessures graves voire mortelles…Pour cette raison Citroën vous demande de cesser immédiatement de conduite votre véhicule”

Que peuvent faire les propriétaires ?

Alors l’alerte est accompagnée d'indications de marche à suivre pour prendre rendez-vous chez les concessionnaires. Sauf qu’en attendant un rdv, beaucoup de propriétaires se demandent comment il vont faire pour se déplacer. ”Je suis obligée de rouler avec une voiture possiblement dangereuse”, témoigne une automobiliste citée par la Voix du Nord.

Ce qui est sûr c’est que les garages Citroën risquent d’être pris d’assaut par des automobilistes inquiets. Pour l’instant, il ne semble pas que cela soit le cas, peut-être parce que de nombreux nordistes n’ont pas encore reçu le fameux courrier.