Que faire face aux punaises de lit, Les animaux de Christian Kiefer et l'emploi

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Isabelle Quenin, Nicolas Carreau et Marguerite Lefèbvre font le point sur l'actualité du jour.

 

Isabelle Quenin pour la consommation

Le retour des punaises de lit

Elles sont de retour et elles s'éclatent bien !
Si vous avez sur votre matelas ou sur vos rideaux, spécialement près des tringles des petite tâches noires, ne cherchez plus ce sont des petites crottes de punaises de lit.
Petites car pour info, à l'âge adulte, la punaise de lit dépasse rarement les sept millimètres.

C'est petit, mais ça fait du dégât ?

Elles sont insupportables. De base, la punaise de lit est sournoise. Elle passe 90% de son temps planquée, en embuscade, et les 10% restant, la nuit bien sûr, elles passent en mode attaque et sucent le sang avec leurs piqûres qui démangent affreusement.

Leur piqure est-elle dangereuse ?

Non, elles ne sont pas comme les tiques, elles ne risquent pas de transmettre la maladie de Lyme. Elles provoquent des démangeaisons, parfois des allergies mais rien de plus.
Dans le pire des cas, on en vient à bout avec un simple antihistaminique.

Elles sont tenaces ?

Une fois qu'elles ont colonisé un lieu, appartement, hôtel, cinéma, voiture de location ou transport en commun, il est très compliqué d'en venir à bout sauf à faire intervenir une société spécialisée dans l'extermination des nuisibles.
L'année dernière, on a atteint un chiffre record d'interventions avec pas moins de 180.000 traitements demandés.

Elles ont des caractéristiques ? Des petites manies ?

Non elles piquent tout le monde : les blonds, les bruns, les vieux comme les jeunes. Mais, selon une étude récente menée par des chercheurs américains, les punaises de lit ont des couleurs préférées.
Elles adorent le rouge et le noir, la couleur du sang et fuient le jaune et le vert, les couleurs de la lumière. Normal pour ces petits vampires !

 

Nicolas Carreau pour le Livre du jour

Les animaux de Christian Kiefer aux éditions Albin Michel

Une histoire d’animaux.

C’est même le titre : Les animaux de Christian Kieffer, chez Albin Michel. Il est Américain, ce Christian Kieffer, pas encore connu en France, mais considéré comme l’un des nouveaux grands talents de la scène littéraire américaine.

Un écrivain qui parle de nature ?

Exactement et d’animaux comme le titre l’indique. Nous sommes dans l’Idaho avec Bill Reed. Bill, c’est un type bien. Il s’occupe d’un refuge d’animaux, il récupère les bêtes blessées et les soignent quand il le peut. La première scène est assez dure. Bill part sur les lieux d’un accident de la route qui a opposé un gros pick up à un orignal. Match nul. L’avant du pick up est aplati jusqu’au pare-brise, le conducteur s’en est tiré sain et sauf, l’orignal, lui, est gravement blessé, sur le flanc. Bill arrive, Grace, son amie, le rejoint. Ils tentent ce qu’ils peuvent, mais rien à faire : il faut abattre l’animal et c’est Bill qui s’en charge avec son fusil et beaucoup d’amertume.

C’est un livre écolo en fait, un plaidoyer pour la nature ?

Peut-être. Mais la nature humaine aussi alors. Puisque ce roman ne raconte pas que les tribulations d’un amoureux des animaux. Bill est un type bien, mais un repenti. Repenti d’une jeunesse un peu mouvementée puisque c’était un délinquant. Personne ne le sait, heureusement. Mais un fantôme du passé va bientôt surgir dans sa vie sous les traits de Rick, son ancien meilleur ami. Le problème, c’est qu’il risque de briser sa sérénité et sa nouvelle vie en dévoilant sa face sombre, sa vie d’avant dans laquelle il a commis des actes dont il n’est pas fier. C’est un euphémisme ! Il pense d’abord qu’il peut solder les comptes et éviter de se confronter à Rick et à son passé, c’est ce que l’on croit nous aussi. Mais non, ce ne sera pas si simple. L’histoire alterne entre la vie actuelle de Bill et celle d’avant. On comprend petit à petit ce qui l’a mené là, parmi les animaux. Mais les animaux, les bêtes sauvages ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

Les animaux donc de Christian Kiefer.

 

Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

À la Une, l'emploi.

Avec cette étude sur laquelle reviennent nombre de vos journaux ce matin. Une étude de France Stratégies sur les créations d'emplois entre 2006 et 2013 et elle révèle titre l'Alsace, une fracture géographique.
En effet, explique Sud Ouest, les métropoles creusent l'écart. Sur ces sept années, les créations d'emplois se sont concentrées sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants. "Un mouvement inédit depuis 1968".
Mais tout n'est pas perdu pour autant pour les zones rurales. C'est ainsi que les auteurs de l'enquête estiment que le numérique est une chance pour les territoires isolés. C'est ce que souligne le Journal de Saône-et-Loire ce matin. Avec l'exemple cité par le groupe de réflexion Terra Nova d'une quincaillerie du Tarn, qui devait mettre la clé sous la porte mais qui s'est relancée grâce aux ventes en ligne.
L'emploi, il en est encore question dans le Journal de Saône-et-Loire avec la satisfaction de voir Amazon recruter encore dans la région. 1.500 embauches en CDI cette année pour le géant du e-commerce, et notamment sur le site de Sevrey, près de Chalon sur-Saone.

La personnalité du jour est une star très attendue en France.

Mike Love, c'est la voix des Beach Boys. Chanteur, compositeur, âgé de 75 ans aujourd'hui mais toujours prêt à monter sur scène même dans un village français de 346 habitants à une cinquantaine de minutes d'Amiens, à une centaine de kilomètres de Paris. Les Beach Boys aujourd'hui, c'est lui et le bassiste Bruce Johnston qui avait rejoint le groupe en 1965. Tous deux se produiront à Tilloloy le 25 juin prochain.

 

Les émissions précédentes