Palaces parisiens, fables, école

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Elisabeth Assayag, Nicolas Carreau et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Elisabeth Assayag bonjour. L'hôtel le Crillon, prestigieux palace parisien rouvre ses portes demain après quatre années de travaux.

Oui, quatre ans de chantier pour ce Palace situé Place de la Concorde à Paris. Avec l'inauguration de cet hôtel, Paris devient la capitale au monde dans laquelle il y a le plus de palaces. Il va être le douzième palace de la capitale, après le Peninsula, le Mandarin oriental ou encore le Shangri la.

J'ignore si vous êtes déjà allé dans un palace mais les exigences sont colossales. Par exemple tout doit se préparer sur place pour proposer les meilleurs produits au client. Dans le restaurant il faut avoir un boulanger attitré, un pâtissier aussi. Impossible de se faire livrer la viennoiserie, ainsi que le pain. Ce sont tous ces petits détails qui font la différence et qui montrent que nous sommes dans un univers ultra luxe.

Mais si tout est dans le détail ça signifie qu'il faut des talents à chaque étage.

Absolument il faut des personnes dont c'est le métier  à chaque étage, et c'est certainement ce qu'il il y a de plus difficile. Une équipe complète dans un palace c'est plus de 500 collaborateurs ! Et tous excellent dans leur domaine,  c'est ce que l'on appelle des artisans du luxe. Et évidemment quand on pense aux clients on sait qu'un palace doit plus que tout autre hôtel connaître absolument chaque habitude de son client parce que une fois que le client a pris goût, en général il ne change pas d'endroit il revient toujours dans le même palace.

Et ces nombreux palaces ça va faire revenir les touristes ?

En tout cas en termes d'image on ne peut pas mieux faire. Alors évidemment nous sommes loin des taux d'occupation qui était de l'ordre de 90 % dans chaque palace dans les années 2000 me disait un patron de palace parisien. Mais depuis  il y a eu les vagues d'attentats qui ont commencé en 2015. Les agressions sur les touristes chinois aux abords des aéroports. Tout cela a brouillé l'image de la France. Et cela a fait fuir les touristes américains et russes.  Aujourd'hui on table sur un taux de d'occupation  entre 55% et 60%.

 

 -

 

Nicolas, ce matin, on retourne à l’école

Oui, mais pour le meilleur de ce qu’elle peut apprendre. J’ai apporté Les Fables de la Fontaine, tout juste publiés chez Folio Collège. On avait déjà parlé de cette collection ici. Elle est très bien faite. Alors, petit blind test, si vous voulez bien. Je ne vous lis pas le début, c’est trop facile.

"Se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue. Pas un seul petit morceau de mouche ou de vermisseau"

"Que vous êtes joli, que vous me semblez beau"

Ces deux-là étaient faciles. Plus dur : "L’avarice perd tout en voulant tout gagner". Une morale bien connue.

"Patiente et longueur de temps font plus que force ni que rage". Et une dernière ?

"Tel est pris qui croyait prendre". J’adore celle-là

Et qu’est-ce que la collection Folio Collègue apporte de plus ?

Alors, il y a toute une série d’analyse de l’œuvre et d’explication à la fin. Le contexte de l’époque, l’intérêt de la fable. Des statistiques aussi, ça j’aime bien. Par exemple. Combien de fois apparaît tel ou tel animal sur les 50 fables. Alors, huit fois le chien par exemple ou cinq fois le lion. Ça ne sert à rien, mais j’aime bien. Bref. Il y a tout ce qu’il faut pour avoir une bonne note, mais surtout, il y a des indications dans les textes mêmes. Des mots ou des formulations disparus expliqués. Par exemple, dans Le vieux chat et la jeune souris. Ça commence comme ça : "une jeune souris de peu d’expérience. Crut fléchir un vieux chat implorant sa clémence. Note de bas de page : crut attendrir un vieux chat en s’adressant à sa bonté. Ou dans le singe et le dauphin : "Notre magot prit pour ce coup". Eh bien Magot, c’est une espèce de singe. Je suis désolé, mais heureusement que j’ai l’explication, là ! Magot, c’est une espèce de singe.

Les fables de La Fontaine. Chez Folio Collège. A offrir pour cet été aux ados. Merci Nicolas.

 

-

 

La presse en région avec Marion Calais. Et les vacances ont beau approcher, Marion, c'est l'école qui fait la Une ce matin.

Alors que les terminales attendent de connaitre les résultats du bac, ce sera demain, les 3èmes eux s'inquiètent pour leur avenir. En tout cas pour certains. Avec des couacs sur les inscriptions au lycée. 60 élèves d'Epinal inscrits dans un lycée qu'ils n'ont pas choisi titre Vosges Matin.
Des anomalies relayées aussi dans le Parisien selon lequel une quinzaine d'établissements de la capitale seraient concernés. Avec même des élèves qui se retrouvent sans affectation. Le logiciel Affelnet -qui s'occupe de ces affectations- est mis en cause. Le rectorat dément et assure qu'il y aura un deuxième tour pour trouver une solution.
En Aquitaine, solution trouvée pour désengorger les amphis de la fac de médecine. A la rentrée prochaine, les cours de première année dispensés à Bordeaux seront filmés et diffusés en direct à Pau. Ce sont ainsi 120 à 150 étudiants qui étudieront à distance assure ce matin La République des Pyrénées. Une nouveauté appréciée par les jeunes et leurs parents.

La personnalité du jour a tapé dans l’œil d'une célèbre actrice américaine !

L'entreprise Rivalin promue par Gwyneth Paltrow. Celle qui a incarné la secrétaire d'Iron Man tient aux Etats-Unis un blog très suivi d'art de vivre : beauté, alimentation ou mode. Et l'actrice vient d'y référencer un produit 100% français : des charentaises made in Quimper ! Que l'actrice a élevé au rang de "luxueuses pantoufles". Fierté forcément dans l'entreprise familiale où tout se fait à la main. Rien n'est automatisé rappelle le nouveau jeune patron : Vincent Rivalin, 39 ans. Qui a misé ces dernières années sur des collections plus limitées pour gagner en notoriété. Qui peut compter aussi sur le soutien de son partenaire Armor Lux qui vise la commercialisation de plus de 3.000 paires de chaussons d'ici à Noël aux Etats-Unis où une filiale a été ouverte l'été dernier. Car si la charentaise écossaise assure 60% du Chiffre d'affaire, la pantoufle tissu piment d'espelette, peau de panthère ou rayures de marinières pourrait aussi bien assurer la pérennité du savoir faire et de l'emploi, aujourd'hui, une dizaine de personnes fabrique les pantoufles rivalin en Bretagne.

 

 

 

Les émissions précédentes