Le ménage de printemps, Little brother de Raphaël Enthoven et la France qui s'exporte

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Elisabeth Assayag, Nicolas Carreau et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

 

Elisabeth Assayag pour la consommation

C'est le premier jour du printemps, souvent synonyme de grand ménage.

Le ménage de printemps est un rituel quand le beau temps est sur le point d'arriver. C'est l'occasion de mettre de l'ordre dans sa maison et d'aller bien plus loin que ce que l'on fait d'habitude.
C'est un moment qui se prépare donc à l'avance et non pas la veille de Pâques. Il s’agit d’astiquer les vitres sales, les rideaux blancs enfin les rideaux devenus gris et tout le désordre accumulé au fond du placard pendant ces longs mois d'hiver.

Certaines entreprises se sont mises à en faire un marché ?

Il existe des sociétés qui proposent des formules spécial "nettoyage de printemps". En moyenne six heures de ménage par semaine pour environ une centaine d'euros. Par exemple, luludansmarue.org, propose 10 euros les 30 minutes pour tout faire décaper une terrasse ou laver les vitres. Ou encore shiva.fr qui vous propose un devis après avoir évalué ce dont vous avez besoin.
Toutes ces entreprises proposent des réductions d'impôts mais sans ces entreprises, avec un peu d'organisation c 'est tout à fait possible de le faire soi-même.

C'est bien de ranger et ça fait du bien !

Les spécialistes du rangement disent que mettre de l'ordre chez soi, c'est une façon de mettre de l'ordre en soi. Il ne faut donc pas avoir peur de jeter et de réorganiser toute sa maison.
Même si c’est une petite surface, vous jetez et vous changez les meubles de place.
C'est donner un nouveau départ, et les plus acharnés du rangement parlent même de renouvellement d'énergies.
Nettoyer les tapis, les rideaux ou les canapés, tous ces nids à poussière, c'est aussi une bonne démarche pour la santé.
Tout comme vider les tiroirs et les placards.
Il existe même une règle : tout vêtement non porté depuis deux ans, on s'en débarrasse !
Et puis, c’est l'occasion de mettre en vente des objets, des vêtements ou des meubles dont on ne veut plus. Soit sur le BonCoin soit dans des brocantes ou des vide greniers.
D'ailleurs, les saisons des vide grenier débute fin mai: DVD, bibelots, jouets, ustensiles ou vaisselles partent comme des petits pains. Ranger peut donc rapporter !

 

Nicolas Carreau pour le Livre du jour

Little brother de Raphaël Enthoven aux éditions Gallimard

Aujourd’hui, un peu de philosophie.

Alors, un peu ou beaucoup dans le livre de Raphaël Enthoven, Little Brother, petit frère dégénéré de Big brother donc de 1984, le roman de George Orwell. Little brother, c’est le même, mais ce n’est pas une dictature qui l’a instauré, c’est nous-mêmes, les citoyens de la démocratie. Bien entendu, aucun d’entre nous n’est responsable et nous le sommes tous. Little brother, c’est une multitude de petites servitudes, des micro mesures de coercition que nous prenons parfois pour des libertés !

Par exemple ?

Les exemples, ils sont légion dans le livre de Raphaël. Chaque chapitre est une chronique qui cerne un élément de notre quotidien, qui tire toute la leçon que nous enseigne la mode du Vintage, la série walking dead ou encore le selfie et même le nain de jardin !

Le nain de jardin ?

En fait, il va avec le selflie. Raphaël Enthoven lui consacre quelques pages, il ne s’intéresse pas tellement à la portée narcissique du selfie, mais plutôt à sa mise en scène. Dans le monde des selfies nous dit Raphaël, le paysage est inséparable de celui dont le corps s’interpose. On ne peut plus photographier seulement, bêtement l’arc de triomphe ou le Taj Mahal, il faut que l’on se mette au premier plan. Exactement comme le nain de jardin voyageur que l’on prend en photo devant les monuments. À lire également le chapitre intitulé : Comment pisser droit sans qu’on nous le suggère. Saviez-vous que la petite mouche dessinée dans les urinoirs étaient destinée à nous inciter à pisser droit. C’est un peu, si l’on n’y prend pas garde, une forme d’emprise sur nous-mêmes. Il y a Uber, Barbie ou le like de Facebook. À chaque fois, trois ou quatre pages. C’est court mais ensuite, à vous de décider. Soit vous vous contenter du plaisir que cette lecture vous aura procuré pour briller en société, ou alors, vous vous penchez sérieusement sur la piste de réflexion qu’a dessinée Raphaël Enthoven, vous allez creuser la question chez d’autres philosophes et vous pouvez y réfléchir toute votre vie.

Little brother donc chez Gallimard.

 

Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

À la Une, la France qui s'exporte.

À commencer par Marseille avec ce joli titre trouvé par la Provence : "la croisière fait mouche à Miami". La Floride accueillait la semaine dernière le salon mondial des croisières. La ville y était représentée, au côté du port maritime et de la chambre de commerce. La Provence y a fait valoir ses atouts : touristique et économique notamment.
Lui, s'exporte aussi et il prend même le bateau, le carnaval de Nice. Sur le départ comme le titre Nice Matin. Et il y a du boulot, ce sont pas moins de 11 structures monumentales, 40 grosses têtes ou encore des plateaux à fleurir qu'il faut démonter, installer dans des conteneurs, et charger à bord de navire Direction la Chine, où se déroulera désormais un carnaval de Nice bis. Après un mois de voyage et quasiment un jeu de lego pour remonter tout ça.
Voilà, enfin, une autre réussite française à la Une de l'Union, celle du champagne. Les américains en raffolent, ils deviennent même le premier importateur devant le Royaume-Uni, impacté par la perspective du Brexit. Au total, dans le monde l'an dernier, ce sont 306 millions de bouteilles qui ont été vendues dans le monde, une baisse d'environ 2%.

La personnalité du jour, c'est un nouveau venu à l'Élysée.

L'heureux élu a 16 ans, il est scolarisé à Tarbes, au lycée professionnel Lautréamont en section pâtisserie. Il s'appelle Killian et il va bientôt rejoindre le palais présidentiel pour un stage d'un mois. C'est la Dépêche du Midi qui brosse son portrait ce matin. Le garçon avait besoin d'un stage, et c'est de lui-même qu'il a pensé à l'Élysée. Un lieu de prestige dit-il. Avec un meilleur ouvrier de France aux cuisines et un ancien chef étoilé pour la pâtisserie. "je vais apprendre beaucoup de choses" prévoit-il déjà. Lui qui, déjà tout petit, inventait des recettes et participait à l'élaboration des repas de famille.

 

Les émissions précédentes