La tendance chocolat pour les fêtes de Pâques, Michael Foessel, La nuit. Vivre sans témoin et François Fillon

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Elisabeth Assayag, Nicolas Carreau et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Elisabeth Assayag ce matin vous nous parlez de Pâques et plus précisément des chocolats de Pâques! Le syndicat du chocolat vient de dévoiler les derniers chiffres et les tendances  pour cette année.Faites-nous saliver!

D'abord le marché du chocolat est resté stable en 2016. Sachant qu'il y a deux temps forts dans l'année: Noël et Pâques.  C'est 13% des ventes annuelles. Et dans ce marché ce qui marche le plus ce sont les tablettes. Leurs ventes ont augmenté de plus de 20% en une année.  C'est la plus forte progression dans les grandes surfaces.

Alors pour Pâques on mange quoi?

Des œufs

Des moulages

Des confiseries

Des bouquets en chocolat

Des lapins

Des poissons

Des cloches

Que ce soient les industriels comme Milka ou Lindt, ou les chocolatiers comme L'atelier du chocolat ou Jeff de Bruges. Toutes les forces se concentrent autour de Pâques pour innover et proposer des chocolats jolis à regarder et savoureux. Les moulages comme ça représentent plus de 35% de la fabrication des chocolats de Pâques.

Ce qu'il y a de paradoxal, c'est que nous sommes des consommateurs de chocolat noir toute l'année même pendant Noël mais à Pâques, on fait une orgie de chocolat au lait! On est davantage dans la fantaisie, dans l'objet que l'on casse pour le croquer sous la dent plutôt que le petit chocolat à 70% de cacao raffiné. 

Et on dépense beaucoup dans nos chocolats? 

Le budget moyen pour une famille de 4 personnes tourne autour de 110 euros par personne.

Pour Pâques cela dépend de ce que vous choisissez, par exemple chez Leonidas, un œuf de Pâques de 400 grammes c'est 33,50 euros. Beaucoup moins cher dans la grande distribution : un œuf de 200 grammes Milka c'est 7 euros 60.

 - 

Nicolas Carreau, vous avez pensé à nous. Vous avez lu un livre qui parle de la nuit.

Mieux : un livre qui pense la nuit ! C’est le livre du philosophe Michael Foessel, prof à polytechnique, intitulé tout simplement : La nuit. Sous-titré quand même – ça a son importance – Vivre sans témoin. C’est intéressant parce que Michael Foessel est à la fois un grand spécialiste d’Emmanuel Kant. Mais il est aussi noctambule, il aime la fête, la nuit. Pour une raison en particulier : la nuit est dénuée de témoins à charge.

Pas de témoins, c’est-à-dire pas de jugements ?

Exactement. Entre autres. Surtout la nuit, explique Michael Foessel, il ne faut pas chercher à être vu. Ce n’est pas le principe. Et même : " on peut être sûr, selon le philosophe, qu’aucune expérience nocturne n’aura lieu dans une soirée où l’on se rend uniquement afin d’être vu ". La nuit modifie notre rapport au temps, aux autres, elle transforme notre perception du monde. Mais attention ! il ne faut pas non plus penser que la nuit s’oppose au jour. L’expérience de la nuit peut nous permettre aussi de vivre le jour autrement appliquer cette tolérance de la nuit, cette absence de jugements, par exemple, le jour. Et puis, les gens sont plus beaux la nuit.

Parce qu’on les voit moins bien

Oui. Mais aussi parce qu’ils se permettent plus de choses, ils adoptent des conduites surprenantes ce qui permet, je cite à nouveau, de saisir la beauté inattendue des gens. Ce n’est pas que l’on voit moins bien la nuit, c’est que l’on voit différemment ! La nuit, c’est l’occasion ou jamais de lâcher prise. Et il n’y a pas qu’une seule nuit. Foessel s’intéresse à tous les peuples de la nuit. Il y a celle du noctambule, du fêtard, mais aussi celle de l’insomniaque et celle du travailleur, n’est-ce pas ?

 

-

 

La presse en région avec Marion Calais

 Alors c'est vrai que François Fillon occupe une grande partie des Unes de vos quotidiens ce matin "Quel cirque" titre l'Est Républicain, "inédit" assure de son côté Le Progrès, jamais un candidat en lice pour la présidentielle n'a été mis en examen.

 Mais ce matin aussi, des "petits" candidats s'invitent à la Une, comme Jean-Pierre Gorges dans l'Echo Républicain. Le député-maire de Chartres qui a obtenu hier 11 nouveaux parrainages. Ça fait un total pour lui de 57 signatures. Il lui faudrait environ 10 fois plus pour se qualifier.

Lui, en revanche, peut y croire : Jean Lassalle. Il lui manque 47 soutiens. A obtenir avant vendredi 18h. "Je sais depuis le début, confie-t-il à la République des Pyrénées, que cela va se jouer à 2 ou 3 signatures dans un sens ou dans l’autre".

La personnalité du jour, c'est un papa qui innove pour sa fille !

 Frédéric Guibert n'avait rien d'un entrepreneur il y a quelques années. Mais il s'est lancé au début des années 2010. Quand sa fille, alors âgée de 15 mois, commence à présenter des troubles de la communication et du langage. "Elle a eu un développement normal, et puis tout a dégringolé" se souvient-t-il dans Ouest France.

L'autisme est diagnostiqué. Et face aux difficultés de prise en charge, ce neuropsychologue de formation décide de se former à la programmation informatique pour lancer une application, CommunicoTool, qui aide à communiquer par le biais d'images et de sons.

Progressivement, le projet trouve un soutien local et régional, et aujourd'hui, international. Comme le dit sa fille -aujourd'hui âgée de 9 ans- il développe son projet "après l'océan". Comprenez aux Etats-Unis, où il vient de décrocher un partenariat avec le centre pour autistes de Brooklyn à New York "les Etats-Unis, dit-il, ont 30 ans d'avance sur l'autisme, en matière de diagnostic et de prise en charge". D'où la nécessité de travailler avec ces équipes américaines spécialisées. Pour mieux ensuite, s'implanter réellement en Europe.

Les émissions précédentes