Nouvelle-Zélande : des moyens colossaux pour retrouver les chiens perdus

, modifié à
  • A
  • A
Les propriétaires de chiens perdus dépensent des fortunes pour les retrouver en Nouvelle-Zélande. 5:17
© ISABELLE ALEXANDRE / AFP
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

En Nouvelle-Zélande, 60% des foyers ont au moins un animal de compagnie, et les très gros moyens (privés) sont déployés pour retrouver les chiens perdus.

En France, on a l'alerte enlèvement pour les enfants disparus mais en Nouvelle-Zélande, c'est pour les animaux de compagnie. Là-bas, il faut savoir qu'il y a plus de chiens que d'habitants.

Quand un chien disparaît, on sort les hélicos, les caméras thermiques, il y a des battues de centaines de personnes dans le bush. Les moyens mis en oeuvre sont très impressionnants. 

Il y a des exemples récents de chiens disparus ?

Oui, le dernier en date, c'est une chienne noire, Meg, qui s'est volatilisée le mois dernier après un accident de voiture. Des centaines d'hectares de bush très dense ont été passés au peigne fin par des volontaires qui ont donné leur temps libre pour retrouver la chienne, la zone a été survolée par un drone. Finalement, elle a été localisée par un fermier 5 semaines plus tard, blessée, malade et considérablement amaigrie. Il y a eu des articles de presse qui parlaient d'un événement "incroyable", "remarquable", un reporter de la télévision est venu suivre sa convalescence à l'hôpital vétérinaire et interroger son maître et sa maîtresse, comme s'ils venaient de retrouver un enfant. Le reporter dit : "voici Meg !" Elle a été retrouvée tout juste hier, et le maître raconte les détails des retrouvailles.

Donc ça suscite un vrai intérêt du public ? 

Oui, le chien, a désormais une page Facebook, elle a été rebaptisée "Megadog" et elle a reçu plusieurs milliers d'euros de dons, pour financer ses soins. Il y a une photo d'elle sur une pelouse, les deux pattes avant plâtrées et une sorte de châle sur le dos, brodé à son nom. Les enfants des écoles de la région lui ont même écrit des lettres pour lui souhaiter un bon rétablissement.

A peu près à la même période, un autre homme a mobilisé des centaines de volontaires et loué un hélicoptère pour retrouver son Labrador Chocolat, baptisé Roger. Il offrait une récompense plutôt alléchante à qui retrouverait son chien : il proposait tout simplement son bateau, en expliquant que ce chien est son meilleur ami, son partenaire, toute sa vie.

L'affaire de la présidentielle américaine de 2016 rebondit quant à elle en Thaïlande : une escort girl biélorusse affirme avoir les preuves d'une manipulation par les russes. Elle est jugée depuis mardi à Pattaya. 

Elle s’appelle Anastasia, elle a une vingtaine d’années et elle a été arrêtée il y a quelques semaines pour avoir animé des stages de perfectionnement sexuel à destination des touristes Russes. Elle a été accusée de “travail illégal” et de “sexe en groupe”, eh oui, c’est interdit en Thaïlande.

Mais comment elle a fait ces révélations ?

Eh bien c’est sur le trajet vers la prison qu’elle publie depuis son téléphone une vidéo sur YouTube dans laquelle elle affirme détenir des informations cruciales. Alors on aurait pu la prendre pour une affabulatrice, prête à raconter n’importe quoi pour éviter la prison en Thaïlande. Seulement voilà, des vidéos publiées quelques semaines auparavant la montrent en compagnie d’un oligarque Russe à la fois proche de Vladimir Poutine et de Paul Manafort, directeur de campagne de Donald Trump jusqu’à son élection. De quoi renforcer, donc, sa crédibilité ! Elle posséderait des enregistrements où les deux hommes parleraient directement des façons d’influencer l’élection américaine.

Qu'est-ce qui s'est passé lors de la première audience ?

Quand elle est passée devant les caméras elle a montré des blessures sur ses jambes en disant qu’elle avait été battue, avant d’être rapidement emmenée à l’intérieur de la salle d’audience. En fait, elle est dans une impasse : elle dit réaliser seulement maintenant que les informations qu’elle détiendrait peuvent aussi être gênantes pour les Américains et qu’elle ne recevra aucune aide de leur part. Un nouveau chef d’accusation, celui de crime en bande organisée, est venu s’ajouter à la dernière minute, pour elle, son partenaire et six étudiants du stage emprisonnés avec eux. Ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

En bref, au Japon, 6.600 policiers traquent un voleur introuvable.

Ca fait maintenant 10 jours qu'ils sont à ses trousses. C'est un homme de 27 ans qui s'est échappé d'une prison sur la petite île de Mukaishima, elle fait 22 km2 seulement, mais il y a un millier de maisons vides, dans lesquelles l'homme s'est peut-être caché et dans lesquelles la police ne peut pas entrer sans l'accord des propriétaires pour protéger les écoles, une centaine de gardiens de prison ont été déployés. Le ministre de la Justice a présenté ses excuses pour l'anxiété causée à la population, notamment aux personnes âgées qui vivent seules.

En Allemagne, un enfant de 13 ans et un archéologue amateur ont découvert un trésor royal du 10e siècle, grâce à un détecteur de métaux. 

Oui, des centaines de pièces, de perles, de broches et des armes ayant vraisemblablement appartenu à un célèbre roi danois, Harald à la dent bleue. C'est lui qui a introduit le christianisme au Danemark. C'est plus une découverte historique qu'un gain financier. Ce qui est amusant aussi c'est qu'on apprend par la même occasion que c'est ce roi qui a donné son nom à la technologie Bluetooth. Vous savez, sur les smartphones ou les enceintes. Eh oui, Bluetooth ça veut dire "dent bleue".