Les chasseurs de loups : une folle aventure dans le Grand Nord canadien

  • A
  • A
2:53
© Sarbacane
Il était une fois est une chronique de l'émission La voix est livre
Partagez sur :

Comme chaque semaine, nous vous présentons un livre jeunesse. Aujourd'hui, Victor Dhollande vous conseille Les chasseurs de loups. 

Je vous emmène dans le Grand Nord canadien sur les traces de Roderick, un jeune homme de 18 ans qui a décidé de découvrir le quotidien des trappeurs. On est au début du 20ème siècle. Roderick ne part pas seul dans cette aventure. Wabi, son ami, descendant d’une famille d’Indiens l’accompagne. Il y’a aussi le vieux guide Mukoki avec eux. Ces trois-là ne vont pas faire du tourisme dans l’immensité blanche, ils vont chasser le loup. Pour chaque scalp de bête ramené, une récompense, 15 dollars versés par le gouvernement. Mais pour ramener ces scalps, ce trio va prendre de très gros risques. 

Les Woongas en embuscade. Le roman démarre en trombe. La scène inaugurale donne vraiment le la des aventures de Rod, Wabi et Mukkoki. Ils doivent faire face à une meute de loups très importante, 50 bêtes féroces à affronter. Et Rod est diminué pour ne rien arranger.Et ce n’est que le début de leurs aventures. D’autant qu’une tribu ennemie, les Woongas, des Indiens aussi sauvages que violents, chassent aussi dans le même coin...

chasseurs de loups 2

A partir de 10-11 ans. Les bons lecteurs le liront à partir de 9-10 ans mais on peut très bien le découvrir plus tard. Ce livre a été écrit par James Olivier Curwood en 1908. Ce texte (ici dans une version abrégée) a été réédité par les éditions Sarbacane dans un format magnifique. Un immense livre* déjà par la taille et par les illustrations. Des véritables tableaux peints par Anton Lomaev qui donnent encore plus de force à ce roman d’aventure. Ajoutez à ça une histoire d’amour impossible, des rivalités générationnelles entre Indiens et un rythme infernal, et vous obtiendrez ce très bon roman aux allures de western.

* Les Chasseurs de loups de James Oliver Curwood et illustré par Anton Lomaev (éditions Sarbacane)