Le Supplice de la banane et autres histoires horribles, un album sur les destins brisés... de fruits et légumes

, modifié à
  • A
  • A
3:16
Il était une fois est une chronique de l'émission La voix est livre
Partagez sur :

Comme chaque semaine, nous vous présentons un livre jeunesse. Aujourd'hui, Victor Dhollande vous conseille "Le Supplice de la banane et autres histoires horribles" de Madlena Szeliga et Emilia Dziubak.

Je vous un présente un album* qui va faire frissonner nos chères têtes blondes. C’est un recueil de 20 histoires toutes plus épouvantables et effrayantes les unes que les autres. Elles nous racontent les destins brisés... de fruits et légumes. Les choux sont déracinés avant d’être décapités et tranchés sans merci en lamelles par des grandes mains brutales, les tomates sont violemment assassinées lors de la célèbre Tomatina, une fête espagnole où les participants écrasent ces pauvres fruits charnus avant de les lancer le plus loin possible... Et je n’ose même pas vous parler du sort de la carotte...

"Encore un petit peu de sel ?" Une grande silhouette se penche sur elle, la carotte est d’abord scalpée de façon rapide, brutale est imprécise. Ensuite, le supplice continue... on lui sa peau, bande après bande. Et cette pauvre petite carotte finit son existence sur un nouvel instrument de torture, la grande râpe en acier. Morceau après morceau, la belle orange disparaît. Je vous lis les derniers moments de son calvaire : "Durant la dernière seconde de sa vie, elle sentit une terrible et brûlante douleur. Des grains de sel se répandaient sur son corps râpé en charpie. Son ultime demeure fut un saladier. L’auteur de ce massacre était un mari et un père exemplaire. Sa famille avait observé toute la scène. Tous souriaient. Personne ne protesta. Seule sa femme lui dit : 'Encore un petit peu de sel ?'"

Une vengeance épicée. Le piment sera le justicier piquant de tous ces légumes martyrs. Telle une abeille, il partira en kamikaze en laissant un souvenir impérissable à son bourreau. Bon, vous l’aurez compris, j’ai adoré cet album, Nicolas. L’idée est géniale. C’est raconté avec beaucoup, beaucoup d’humour et en empruntant le vocabulaire du crime, l’auteure a parfaitement réussi son coup. Bien aidé par des somptueuses illustrations avec un petit côté gothique qui rajoute un zeste de terreur à ses histoires. Et l’auteure a quand même ajouté une note à la fin de l’album destiné aux enfants. Je vous la lis : "Chers enfants, je sais que vous n’avez pas peur. De quoi faudrait-il avoir peur ? Ce sont des histoires inventées, comme les monstres. Mais regardez vos parents. Ils ont la chair de poule ? Que faire ? les parents sont ainsi... réconfortez-les un peu et assurez-leur que tout cela, ce ne sont que des grandes balivernes qui font un peu rire et un peu peur comme toutes les histoires d’horreur". Et moi je vous assure que les enfants dès l’âge de 6 ans vont adorer avoir peur mais vont surtout beaucoup, beaucoup rire.

* Le supplice de la banane et autres histoires horribles de Madlena Szeliga et illustré par Emilia Dziubak (Albin Michel jeunesse)