L'aventure de l'Aéropostale, un album consacré au centenaire de l'aéropostale

, modifié à
  • A
  • A
3:13
Il était une fois est une chronique de l'émission La voix est livre
Partagez sur :

Comme chaque semaine, nous vous présentons un livre jeunesse. Aujourd'hui, Victor Dhollande vous conseille "L'aventure de l'Aéropostale", un album consacré au centenaire de l'aéropostale.

Je vous embarque dans les airs et au siècle dernier. A la base, l’aéropostale* c’est un rêve, celui de transporter du courrier en avion de France jusqu’en Amérique : un trajet de près de 14.000 kilomètres. Mais il faut bien comprendre qu’à l’époque, on est en 1918, au sortir de la grande guerre, et on vole que depuis quelques années seulement. Mais un homme, un certain Pierre-Georges Latécoère, y croit dur comme fer.

Des vols courts. Au début, on ne traverse pas l’Atlantique mais on essaie de faire des premiers vols plus courts. Latécoère doit convaincre les autorités de la faisabilité de son projet. Il y a un épisode qui caractérise parfaitement ces débuts délicats, l’épisode des violettes. Il s’agit de faire Toulouse-Casablanca... mais comme le raconte l’un des deux auteurs, David Marchand, c’est plus que chaotique. 

Toulouse-Casablanca et les violettes. Et grâce à cet exploit, il réussit à passer un premier contrat pour acheminer le courrier entre la France et le Maroc. Et une fois qu’ils arrivent à faire Toulouse-Casablanca, ils vont aller chaque fois un peu plus loin, avec dans les soutes du courrier. Casablanca-Dakar, puis la traversée du désert, puis la traversée de la jungle amazonienne de l’autre côté de l’Atlantique, puis les vols de nuit, ... 

A partir de 7-8 ans. Un album très joli illustré par Julie Guilhem, avec des citations d’Antoine de Saint-Exupéry, de Jean Mermoz, de Joseph Kessel. On voyage à chaque page, et surtout on saisit parfaitement la difficulté de ces pionniers des airs qui ont pris des risques hallucinants pour acheminer du courrier.

L’aéropostale, le courrier doit passer de David Marchand et Guillaume Prévôt et illustré par Julie Guillem (éditions Milan)