Dagfrid, l'histoire d'une jeune fille viking qui refuse sa condition

  • A
  • A
3:05
© L'école des loisirs
Il était une fois est une chronique de l'émission La voix est livre
Partagez sur :

Comme chaque semaine, nous vous présentons un livre jeunesse. Aujourd'hui, Victor Dhollande vous conseille Dagfrid, des brioches sur les oreilles. 

C’est l’histoire de Dagfrid*, une petite fille viking pas franchement satisfaite de sa condition. Son prénom ne lui plaît pas. Quand tu nais fille de viking, on te laisse pousser les cheveux jusqu’à ce qu’on puisse faire des tresses ramassées sur le côté, façon brioches sur les oreilles. Elle trouve ça totalement ridicule. Dagfrid n’aime pas non plus la robe longue qu’elle doit porter toute la journée. Et en prime, elle doit pêcher et manger du poisson séché tous les jours. Et le poisson séché, Dagfrid déteste ça !! Vous l’avez compris, Dagfrid n’est pas une petite fille heureuse.

A la recherche d'un nouveau monde. Elle décide de prendre le large pour essayer de voir s’il existe un endroit où on ne mange pas que du poisson séché. Aidé de son grand frère, elle construit un bateau en cachette. Après plusieurs jours à dériver sur sa coque de noix, Dagfrid voit la terre ferme. Elle tombe sur un peuple de jeunes filles coiffées presque comme elle, pas de bol. Mais ces petites filles décident de tout dans leur société et en plus, elles élèvent et mangent des moutons. Dagfrid ne connaît pas encore mais elle sent qu’elle va adorer. 

A partir de 6 ans. C’est ce qu’on appelle un premier roman, 40 pages à peine, un texte idéal pour les enfants qui apprennent à lire, donc à partir de 6 ans, quand on arrive au CP en fait. C’est vraiment très marrant. Cette narration à la première personne avec ce ton désabusé est très bien senti. Et superbement appuyé par les illustrations d’un maître en la matière, Olivier Tallec. Lisez le livre, vous allez vous bidonnez, feuilletez juste le livre, vous allez aussi beaucoup rire.

* Dagfrid, des brioches sur les oreilles d’Agnès Mathieu-Daudé et illustré par Olivier Tallec (L’école des loisirs)