3:19
  • Copié

Le scolyte est un petit scarabée qui menace les arbres de nombreuses régions. Avec le réchauffement climatique, il résiste mieux qu’avant à l’hiver et dévore désormais tous les arbres sans distinction. Ils passent sous l’écorce des sapins et les tronçonnent de l’intérieur. On peut d’ailleurs repérer de la sciure rougeâtre qui s’écoule sur les troncs avant que la totalité de l’arbre sèche sur place.

Un petit scarabée est passé du stade d’insecte utile pour les forêts à un fléau à cause du changement climatique.

Encore un exemple qui nous touche directement, non pas que Fanny Agostini se complaise dans l’idée de vous en donner toutes les semaines, mais il est important d’illustrer ce changement climatique dont on parle tant et qui prend des formes très variés faisant évoluer nos écosystèmes à grande vitesse ici et maintenant, sous nos latitudes, en France. Ce mardi, Fanny Agostini souhaitait parler d’un scarabée que l’on appelle aussi le scolyte qui mesure quelques millimètre seulement. À la base, c’est un amis des sapins, il ne s’attaquait auparavant qu’aux arbres malades, les faisant mourir plus rapidement et permettant aux plus jeunes membres
de la forêts de se développer à leur tour. Mais ça s’était avant ! À présent, le scarabée en question est devenu bestiale, il n’a plus de pitié et dévore sans distinction tous les arbres.

Ce serait dû aux modifications récentes du climat ?

Ce sont précisément des paramètres climatiques qui l’on fait proliféré, les sécheresses répétées et des hivers plus doux leur permettent de se multiplier à une saison qui auparavant n’était pas propice à la reproduction. Ils se déplacent en nué, passent sous l’écorce des sapins et les tronçonnent de l’intérieur. On peut d’ailleurs repérer de la sciure rougeâtre qui s’écoule sur les troncs avant que la totalité de l’arbre sèche sur place.

Les dégâts se voient même depuis les satellites ?

En Amérique du Nord, tout le long des Rocheuses, les massifs forestiers sont dépecés par les scolytes. Un pan entier du PIB au Canada est en train de s’effondrer à cause de lui. En Europe, la progression est forte comme en Suisse ou en République Tchèque. Alerte aux scolytes en Wallonie, en Autriche et en France où selon l’ONF la moitié des épicéas étaient touchés en 2019. Le changement climatique qui modifie l’aire d’expansion des espèces et notamment des ravageurs doit nous pousser encore plus à ne pas retarder l’action et à redoubler d’effort pour préserver la diversité et la santé des écosystèmes.