Les apiculteurs souffrent aussi de la crise du coronavirus

  • A
  • A
3:03
Rendez-vous à la ferme est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Dans son "Rendez-vous à la ferme", Fanny Agostini évoque jeudi matin la situation actuelle très tendue des apiculteurs, pour qui la période du printemps est cruciale dans l'année. L'impossibilité de vendre le miel grève également leur trésorerie.

Nous saluons un certain nombre de profession en ces temps difficiles, mais il y en a une qui n’est pas honorée comme elle le devrait, il s’agit de l’apiculture !

Surveiller les ruchers qui sortent de leur hivernage, remplacer les colonies qui se sont affaiblies durant les frimas, changer la reine, déplacer les ruches sur les champs de culture… Les apiculteurs sont sur le pont et doivent conserver leur mobilité et continuer à s’occuper de leurs ruches. Pourquoi c’est important ? Parce que le printemps a commencé, tout est en train de fleurir et de bourgeonner dans la nature et c’est le moment clé de l’année où les abeilles doivent être au taquet !

Car si il n’y pas de pollinisation, il n’y a pas de production fruitières et maraîchère ?

Les abeilles permettent la reproduction des plantes et des fruits à hauteur de 30% de notre tonnage d’aliments, elles sont donc essentielles à notre nourriture. L’intervention des apiculteurs est cruciale si on veut pouvoir maintenir notre production alimentaire, car les abeilles sauvages à elles seules ne sont pas en mesure de faire tout le boulot dans les champs de culture.

Les apiculteurs redoutent aussi de souffrir de la situation actuelle pour vendre leur miel…

Essentiellement les petits producteurs qui vendent leur miel de printemps sur les marchés à ce jour encore fermés. L'UNAF, Union Nationale de l'Apiculture Française, lance un appel à tous les amateurs de miel en alertant sur cette rupture liée au confinement qui a déjà des conséquences majeures et inédites en terme de survie des ruchers, non pas comme ces dernières décennies suite à des pertes de cheptel, mais pour la première fois dans l’histoire de l’apiculture au niveau de l’impossibilité de vendre le miel. Il est donc nécessaire dans ce contexte et afin de soutenir la filière apicole, de modifier nos habitudes alimentaires en privilégiant les circuits courts, en se rapprochant de chaque apiculteur pour connaître quels sont ses modes de livraison et de vente mis en place. Durant cette période de confinement, soutenons nos apiculteurs et disons-leur merci.