L'huile de palme durable est-elle une alternative crédible ?

  • A
  • A
Durablement vôtre est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

Chaque samedi, Anne Le Gall vous livre ses conseils pour consommer "durable".

 

L'huile de palme a encore été pointée du doigt cette semaine : après la guerre sur le Nutella, Greenpeace a demandé à la multinationale américaine qui produit les biscuits Oréo, d'utiliser de l'huile de palme durable dans ses produits. En tant que consommateur, on a parfois du mal à s'y retrouver dans ce débat. Alors Anne Le Gall, c'est quoi le problème de l'huile de palme ?

Le problème c'est son succès. On trouve de l'huile de palme partout aujourd'hui : dans les plats préparés, les biscuits, les pâtes à tartiner, les shampoings ou encore les produits ménagers. Elle sert aussi pour certains biocarburants. Bref, la consommation a été multipliée par 10 depuis les années 1970. 

Or sa culture intensive est souvent synonyme de déforestation : plusieurs millions d'hectares de forêt ont disparu en Indonésie pour laisser la place à des palmiers à huile. Et quand on convertit comme ça une forêt tropicale en plantation, c'est de la biodiversité en moins : la moitié des espèces végétales disparaissent. Sans oublier que c'est aussi l'habitat des grands singes qui est détruit.

La solution c'est de boycotter l'huile de palme ?

Ce peut être un choix, mais ce n'est surement pas la seule solution, parce que de l'huile de palme est l'huile végétale la plus consommée sur Terre. Ce serait compliqué de s'en passer totalement, à moins de tout cuisiner maison et de faire ses cosmétiques soi-même. En plus, si on arrêtait l'huile de palme il faudrait la remplacer par d'autres matières grasses. Mais vu les bons rendements des palmiers à huile,  il faudrait 8 à 10 fois de terres cultivables en plus pour produire autant d'huile végétale avec une autre plante.

Donc la solution intéressante c'est d'utiliser de l'huile de palme durable : produite dans des plantations qui respectent la biodiversité. 20 % de la production mondiale est certifiée durable aujourd'hui, et il y a des labels pour cela, il suffit de regarder les étiquettes. 

Cette huile de palme, est aussi parfois critiquée pour ses effets sur la santé, il faut s'en méfier aussi pour cette raison-là ?

C'est vrai qu'elle contient des acides gras saturés. Ce ne sont pas les meilleures graisses pour le système cardiovasculaire. Et en même temps dans les faits, on consomme aujourd'hui plus de graisses saturées via la charcuterie ou le fromage que via l'huile de palme, donc pas de panique non plus. Il faut juste penser de temps en temps à cuisiner maison.