Comment sont sanctionnés les homophobes en 2018 ?

  • A
  • A
2:39
Ai-je le droit ? est une chronique de l'émission Europe Matin - Week-end - 6h-9h
Partagez sur :

Chaque matin, Roland Pérez évoque une question de droit en rapport avec l'actualité dans Europe 1 Bonjour.

On commence par le droit avec l’édition du 22ème rapport de l’association SOS Homophobie qui n’est pas très optimiste à en juger de l'augmentation significative des agressions à caractère homophobes en France, pouvez-vous Roland nous en dire plus?

L’association pointe du doigt dans ce dernier rapport révélé hier,  la place croissante de l’homophobie dans la société, les cas de violences "LGBT phobes", comme les désigne SOS Homophobie, sont en nette augmentation,  il s’agit principalement de discriminations et de violences subies par les victimes à cause de leur sexualité.

En fait l’association est le relai des signalements qu’elle reçoit chaque année, et les témoignages sont glaçants,  comme celui par exemple d’un patient qui affirme qu’on a refusé de le soigner  dans un hôpital en France, où encore les insultes qui se font de plus en plus pressantes à l’école et notamment au collège du type "tu es une erreur de la nature, travelo, accompagnées de crachats, de bousculades et d’agressions répétées, ou encore des bandes qui veulent casser du PD comme ils disent, à l’occasion de sorties dans les discothèques.

Le rapport explique-t-il cette recrudescence des atteintes homophones?

Oui l’association explique cette augmentation par 2 facteurs: tout d’abord la libération de la parole des personnes gays, lesbiennes, transsexuelles ou bisexuelles, qui trouvent de plus en plus injuste et insupportable d’être victimes de LGBT phobies, et puis toujours selon l’association, en raison du discours public, notamment lors des dernières élections présidentielles, qui auraient  été l’occasion pour certains candidats, de soutenir des programmes jugés par l’association, homophobes, comme notamment, la remise en cause de la loi Taubira sur le mariage pour tous. 

Sait-on ou les actes homophobes sont-ils le plus visibles, vous parliez de l’école? 

En fait c’est à l’école que les actes homophobes marquent plus les esprit, alors que c’est sur la toile via les réseaux sociaux que les agressions homophobes s’illustrent tristement,  Facebook et Twitter en tête, concentrant à eux seuls 64 % des signalements,  et puis il y aussi le voisinage qui montre une augmentation de plus de 80% des actes LGBT Phobes. Aucun milieu en fait n’est épargné toujours selon le rapport,  la famille, le quartier,  le lieu de travail, les commerces allant de la vexation au harcèlement ou la discrimination, et bien sûr, les violences physiques.

Je pensais qu’avec la loi Taubira, on avait en quelque sorte banalisé l’homosexualité et même l’homoparentalité, et qu’on assistait même à une véritable ouverture sociétale?

Vous n’avez pas tort, un sondage Ifop publié en 2016,révélait que 2/3 des personnes interrogées souhaitaient le maintien du mariage pour tous et le fait que les familles homoparentales étaient parfaitement intégrées à la société française,  mais il n’empêche que les homophobes résistent, en commettant parfois des actes d’une violence inouïes et dont on parle beaucoup plus qu'avant!

Vous nous rappelez d’ailleurs ce que prévoit la loi contre les agressions homophobes?

Depuis la loi du 27 janvier 2017 le code pénal a aggravé les peines des infractions de crimes ou délits  quand ils sont justement commis en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre, réelle ou supposée de la victime. De façon générale, le temps de prison encouru a sensiblement augmenté quand le mobile homophobe est reconnu. Si j’ai une seconde j’aimerais donner le numéro de téléphone de la ligne d’écoute nationale anonyme de SOS homophobie : 01.48.06.42.41.