Désolé, ce contenu n'est plus disponible.
  • Copié

Au matin du deuxième jour du procès de l'affaire d'espionnage chez Ikea ce mardi, un policier de 44 ans soupçonné d'avoir transmis les antécédents judiciaires de salariés à l'entreprise a été entendu. Un délégué syndical avait notamment fait l'objet d'un audit pour déterminer "les trafics et violences auxquels il se livrait peut-être".