Elections européennes : "En mettant tout son poids dans la balance, Emmanuel Macron fait un cadeau à Marine Le Pen"

SAISON 2018 - 2019
  • A
  • A
4:50
© LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :

Ce samedi, Catherine Nay décrypte la stratégie d'Emmanuel Macron pour battre le Rassemblement national lors des élections européennes. 

Bonjour Catherine,

Bonjour Bernard, bonjour à tous.

Les élections européennes, c'est dans 15 jours. Le Président Macron a profité du sommet européen de Sibiu, en Roumanie, pour dramatiser les enjeux. Il fera tout, a-t-il dit, pour empêcher le Rassemblement National d'arriver en tête, comme si cette élection se résumait à un duel avec Marine Le Pen. Alors, utile ou dangereux ?

Les deux ! L'heure est en effet à la dramatisation puisque la liste Renaissance, conduite par Nathalie Loiseau, et celle du Rassemblement National sont à égalité. 22% des intentions de vote. Pour le Président, l'alternative est claire : est-ce qu'on veut encore construire l'Europe, même différente et en améliorant les choses ? Ou en contraire, déconstruire, détruire, revenir au nationalisme. La question se pose puisque les partis nationalistes européens devraient entrer en force au Parlement de Strasbourg. 180 sièges, soit un quart de l'hémicycle. Une mosaïque d'une très grande complexité.

"Emmanuel Macron espère que cette menace populiste soit perçue comme assez forte pour mobiliser un électorat pro-européen"

Des élus qui veulent peser de l'intérieur pour casser, détricoter l'Europe, puisqu'ils sont contre l'Union, contre l'euro. Question : seront-ils rassemblés en un seul groupe ? Mais Marine Le Pen n'y jouera aucun rôle puisqu'elle n'est pas candidate, et on ne voit pas qui dans sa liste pourrait avoir un rôle de leader. Emmanuel Macron espère que cette menace populiste soit perçue comme assez forte pour mobiliser un électorat pro-européen. 

Mais de ce fait, il transforme cette élection en duel.

Le rôle de rempart contre le Rassemblement National lui a bien profité pour accéder à l'Elysée. Aujourd'hui, il a besoin d'une victoire pour lancer l'Acte 2 du quinquennat et aussi peser au sein de l'Union auprès de ses pairs. L'Europe, c'est son ADN. Emmanuel Macron reste le meilleur entraîneur. Si Nathalie Loiseau était une fusée, on s'en serait déjà aperçue. D'ailleurs, la photo du Président orne la profession de foi des candidats de la liste majoritaire. Un grand "Avec Emmanuel Macron" barre les affiches de campagne.

Le nom de Nathalie Loiseau n'apparaît même pas. Jean-Pierre Raffarin, qui participera ce soir à un grand meeting à Strasbourg aux côtés d'Edouard Philippe, explique que son soutien à la liste des macronistes ne signifie pas qu'il soutient Macron en France. "Nous sommes dans une compétition d'équipe nationale". L'enjeu est de savoir qui doit avoir l'influence : le nationaliste Orban ou bien Merkel et Macron. L'ancien Premier ministre dit cela alors que plusieurs maires de droite, classés parmi les "Macron compatibles" soutiennent la liste Les Républicains conduite par François-Xavier Bellamy.

Cette implication présidentielle pour les européennes, est-elle habituelle ?

Aux européennes de 2009, Nicolas Sarkozy s'était lui aussi fortement engagé. Il avait tenu un grand meeting et la liste UMP était arrivé en tête du scrutin, en frôlant les 28%, loin devant le parti socialiste qui était alors son adversaire prioritaire et qui n'avait recueilli que 16,5% des voix. Aujourd'hui, Emmanuel Macron considère que l'Europe fait partie du régalien.

Cette implication présidentielle peut être une aubaine pour Marine Le Pen.

En 2014, la liste du Front National était numéro 1, avec 25,4% des voix. Le Front National était le parti qui avait eu le plus d'élus au Parlement européen, lesquels, plus désireux de saboter les choses de l'intérieur que de participer au processus décisionnel, avaient diminué, de fait, d'un tiers, le quota des Français, donc l'influence de la France au Parlement européen.

"En mettant tout son poids dans la balance, Emmanuel Macron fait un cadeau à Marine Le Pen"

En mettant tout son poids dans la balance, Emmanuel Macron fait un cadeau à Marine Le Pen. Que dit-elle ? Qu'il transforme ainsi cette élection en référendum pour ou contre lui. Et s'il perd, il devrait avoir la dignité et l'honneur de partir comme De Gaulle. Ce qui n'a aucun sens puisqu'Emmanuel Macron ne partira pas, mais qui est une invite aux opposants de Macron, qui sont nombreux. Elle leur dit : "votez pour moi", elle drague les "gilets jaunes". Il y a 34 listes, ce qui souligne la fracturation du pays.

Les Républicains sont les seuls à faire plus de 10%. Et la France insoumise et Europe Ecologie entre 7 et 10. Mais tous les autres, qui ne feront pas 5%, n'ont aucune chance d'avoir un élu. Donc Marine Le Pen dit à cela : le vote utile, c'est moi, puisque vous êtes tous contre Macron.

Et que voudrait dire un succès de Marine Le Pen ?

Elle y verrait l'esquisse de l'esquisse, que le plafond de verre se lézarde et qu'une victoire présidentielle dans trois ans n'est pas impossible. Emmanuel Macron vient de la sacrer pour un match retour.

Les émissions précédentes